Skip to main content
Cherchez Le menu
Blogue

Comment rester en sécurité tout en travaillant près de l'électricité

mai 14 2019, 12:00

Stay safe while working near electricity

La fin de semaine et c’est le moment idéal pour sortir dehors et redonner un peu de vie à votre cour arrière à la suite d’un long hiver. Que vous ayez l'intention d’élaguer vos arbustes, de nettoyer les gouttières ou de préparer votre chalet pour l'été, votre travail pourrait se situer près des lignes électriques.

Regardez en haut et aux alentours pour vérifier s’il y a des lignes électriques avant de commencer vos travaux autour de la maison pendant cette longue fin de semaine. Le danger que présentent les lignes peut blesser ou même tuer. En gardant cela à l'esprit, vous et votre famille passerez une longue fin de semaine productive, agréable et sécuritaire.

Le nettoyage de la cour arrière

Vous avez besoin de nettoyer les gouttières? Assurez-vous que votre échelle est à la bonne hauteur pour facilement effectuer votre travail en toute sécurité. S’il y a des lignes électriques à proximité, gardez une distance d’au moins trois pieds entre l’échelle et la ligne. Si votre échelle est trop proche, un arc électrique peut se produire, ce qui pourrait entraîner des blessures graves.

Supposez que toutes les lignes électriques tombées sont sous tension. Restez à au moins 10 mètres des lignes électriques endommagées et de tout ce que celles-ci touchent, y compris les flaques d’eau et les clôtures. N’essayez jamais de réparer les lignes électriques endommagées ou d’enlever les branches d’arbres qui sont tombées sur les lignes électriques.

Si de l’eau s’est introduite sur votre propriété

En fin de semaine, si vous nettoyez après les inondations ou si vous préparez votre propriété d’été, veuillez toujours garder en tête la sécurité.

Vérifiez votre panneau électrique pour tout dommage. S’il est endommagé, il doit être remplacé. Embauchez un entrepreneur en électricité agréé.

Si votre chauffe-eau est endommagé, veuillez communiquer avec nous immédiatement. Si votre chauffe-eau doit être remplacé en raison des inondations, nous annulerons tous les frais associés au remplacement de votre chauffe-eau en raison de l’inondation de 2018.

Si votre service électrique a été coupé en raison d’une inondation, Énergie NB peut le reconnecter en toute sécurité après ces étapes

Si vous avez des préoccupations concernant la sécurité, communiquez avec nous: 1 800 663-6272

L’élevage de saumon au centre de biodiversité de Mactaquac

décembre 14 2018, 10:00

Raising Salmon at the Mactaquac Biodiversity Facility

Lorsque le temps se refroidit et que nous nous préparons pour les mois d’hiver, l’équipe du centre de biodiversité de Mactaquac commence ses préparatifs pour l’été suivant. Chaque année au mois de novembre, l’équipe entreprend le processus de frai et d’élevage des œufs et des saumons de l’Atlantique juvéniles pour ensuite les libérer dans la nature.

Le processus consiste à attraper des saumons de l’Atlantique juvéniles dans les eaux situées au-dessus du bassin d’amont du fleuve Saint Jean (Wolastoq). Les saumons sont ensuite transportés au centre, où ils sont élevés jusqu’à ce qu’ils atteignent la maturité sexuelle, durant une période de deux à quatre ans. La plupart des saumons matures sont libérés dans la rivière afin qu’ils puissent se reproduire de façon naturelle. Un petit pourcentage est toutefois conservé pour l’élevage en captivité, où les œufs sont extraits et fécondés sur place. Après avoir été incubés pendant deux mois dans l’installation principale, les œufs sont acheminés de l’autre côté de la rivière vers le bâtiment d’incubation situé à proximité de la centrale de Mactaquac. Les œufs sont conservés dans de grandes cuves d’incubation où ils se développent pendant les mois les plus froids de l’année jusqu’à leur éclosion.

C’est à cette étape que l’équipe de la centrale de Mactaquac entre en jeu. Le bâtiment d’incubation est alimenté en eau chaude par le poste de pompage de la centrale. En raison de l’imprévisibilité de la météo, les opérateurs surveillent de près la température à l’intérieur du bâtiment et l’ajustent au besoin pour maintenir une température adéquate pour les saumons.

« Notre équipe et l’équipe de Mactaquac communiquent de façon quotidienne, a dit John Whitelaw, un biologiste du centre de biodiversité. Cette installation nous permet de commencer plus tôt le processus d’éclosion et d’alimentation des poissons. Il est très important que la température et le niveau d’oxygène de l’eau demeurent dans une plage définie, faute de quoi la croissance des œufs pourrait être retardée, ou les œufs pourraient mourir. »

Même lorsqu’ils deviennent trop gros pour les réservoirs dans le bâtiment d’incubation et sont transportés aux aquadômes, les jeunes poissons continuent de bénéficier de ce partenariat. Ils passeront les prochains mois dans les aquadômes jusqu’à ce qu’ils atteignent l’état juvénile. Ils seront ensuite transportés à nouveau au centre de biodiversité.

Les poissons sont transportés par camion dans de grands réservoirs et sont relâchés dans des fosses rocheuses imitant des lits d’eau naturels, où ils demeurent jusqu’à ce qu’ils soient assez gros pour être relâchés dans la rivière pour entreprendre leur parcours vers l’océan.

« Ce partenariat a débuté lorsque le barrage a été construit pour atténuer les pertes liées à son exploitation, ajoute Whitelaw. Depuis lors, la réflexion sur la conservation et la préservation des espèces a évolué. Ainsi, en 1984, cette installation d’élevage précoce a été construite pour complémenter ce que nous faisions déjà pour nous aider à en apprendre davantage sur la manière dont nous utilisons nos installations et comment nous pouvons intégrer de nouvelles connaissances scientifiques pour aider à réintroduire plus de saumon dans la rivière.

Le centre de biodiversité de Mactaquac collecte également le saumon et le gaspareau en migration dans un ascenseur à poisson au barrage hydroélectrique de Mactaquac qui les transporte et les relâche en amont du barrage.

Votre équipement de camping peut vous aider en cas d'urgence

novembre 22 2018, 11:11

How camping gear can help you in an emergency

Le camping est un excellent moyen de profiter de la beauté du Nouveau-Brunswick. Saviez-vous que vous pouvez utiliser votre équipement de camping en cas d'urgence, dans le cas d’une panne de courant par exemple? Si vous êtes un amateur de plein air, vous avez probablement déjà beaucoup de ces articles à la maison. Voici sept articles qui vous aideront à vous préparer, ainsi que vos proches, en cas de tempêtes!

1. Éclairage

Les lampes de poche, les lampes frontales et les lanternes peuvent éclairer votre maison pendant la nuit lors d’une panne de courant. Que ce soit pour quelques heures ou quelques jours, ces lumières peuvent vous empêcher de vous cogner les orteils sur les meubles. Conserver vos piles de rechange dans un tiroir ou dans un conteneur pour les trouver rapidement en cas de besoin. Évitez d'utiliser des chandelles, car elles posent un risque d'incendie.

2. Approvisionnement de nourriture non périssable de 72 heures 

La nourriture que vous emportez en camping peut être une excellente option en cas d'urgence ou de panne de courant. Assurez-vous d’avoir suffisamment de nourriture pour vous durer 72 heures, tel que le recommande le gouvernement du Canada. Il est bon d’avoir des aliments en conserve, des repas lyophilisés et des aliments prêts à manger. N'oubliez pas votre ouvre-boîte manuel! 

3. Glacières

En cas d’une panne de courant en hiver, une grande glacière installée à l’extérieur est un excellent moyen de garder vos aliments au frais, de sorte que vous n’ayez pas à ouvrir votre réfrigérateur. Ouvrez le moins possible votre réfrigérateur et congélateur. Le contenu devrait être bon de 24 à 48 heures.

4. Barbecue en plein air
Peu importe la saison, vous pouvez utiliser votre barbecue pour cuisiner des repas pour votre famille.
Préparez-vous en gardant du combustible de rechange pour votre barbecue afin de l’allumer rapidement. N'utilisez jamais votre barbecue à l'intérieur de la maison. C'est un risque majeur pour la sécurité de votre famille. Vous devez seulement utiliser votre barbecue en plein air.

5. Sac à dos
Transformez un sac à dos en une trousse d'urgence facile à emporter et remplissez-le avec des articles essentiels, comme une trousse de premiers soins, de l'eau, de l'argent, des médicaments et de la nourriture pour animaux de compagnie. Avez-vous un outil multifonctions pour vos excursions de camping? Vous pouvez également l’ajouter dans la trousse d’urgence.
Regardez cette vidéo pour voir quels sont les autres éléments essentiels dont vous avez besoin pour assembler votre trousse!

6. Radio

S’il y a une panne de courant lors d'un événement météorologique majeur, il se peut que vous ne puissiez pas obtenir de mises à jour importantes sur votre téléphone intelligent, car le service cellulaire peut être touché par la panne. L’utilisation d’une radio ou d’une radio à énergie solaire est un excellent moyen de rester à l’écoute des nouvelles locales pour des mises à jour importantes sur la situation. Pendant les pannes, nous travaillons en étroite collaboration avec les stations de radio locales pour fournir des mises à jour sur le progrès des travaux de rétablissement du courant.

7. Bancs de batteries
L’utilisation de bancs de batteries portables est un excellent moyen de garder votre téléphone intelligent chargé pendant vos excursions afin que vous ne manquiez jamais une photo, mais elles peuvent également vous aider en cas d'urgence. Assurez-vous que vos bancs de batteries sont complètement chargés et à proximité lors d’une panne de courant.
En cas de panne de courant, vous pouvez utiliser votre téléphone intelligent pour signaler votre panne sur notre site Web et consulter les mises à jour sur les pannes sur Twitter.

Quels autres articles de camping pouvez-vous utiliser dans votre trousse d'urgence? Faites-nous part de vos commentaires ci-dessous. Ne manquez pas votre chance de vous inscrire à notre concours de préparation en cas de tempête 

  •  

Six choses à savoir avant de passer à l'énergie solaire

octobre 26 2018, 11:28

6 things you need to know before going solar

L'énergie solaire est-elle la bonne option pour votre maison ou votre entreprise? En raison de l’importance de l’investissement initial pour installer l’énergie solaire sur votre propriété, vous devez tenir compte de quelques points importants. Voici un aperçu des éléments qui vous aideront à prendre la bonne décision en fonction de votre emplacement, de votre type de propriété et de votre style de vie.


1. Conservation et efficacité énergétique

Ce sont les facteurs les plus importants.  Les gens négligent souvent les facteurs de conservation et d'efficacité énergétique lors de l'intégration de la production d'énergie renouvelable.  A quoi bon dépenser de l’argent pour un réseau de panneaux photovoltaïques si l'énergie est simplement gaspillée?  Puisque la plupart des maisons utilisent plus d’énergie qu'elles ne peuvent en produire, la première chose à faire avant d'installer un réseau de panneaux photovoltaïques est de vous poser les deux questions suivantes : Est-ce que je peux réduire ma consommation énergétique? Est-ce que j’ai tout fait pour réduire ma consommation énergétique annuelle? En examinant l’image ci-dessous, nous réalisons qu’il est moins coûteux d’économiser un kWh que d’en produire un.

Voici ce qu’il en coûte pour éviter d'acheter un kWh :

  • Conservation de l’énergie (isolation, étanchéité à l’air, changement d’habitudes, etc.) = 0,02 $ par kWh
  • Efficacité énergétique (CVC, éclairage, etc.) = 0,07 $ par kWh
  • Réseau de panneaux photovoltaïques (mesurage net) = 0,12 $ à 0,16 $ par kWh 
  • Réseau de panneaux photovoltaïques + stockage = 0,20 $ par kWh

Comme vous pouvez constater à partir de ces chiffres, le meilleur rapport qualité-prix en termes de réduction de la consommation énergétique de votre bâtiment réside dans la conservation. En réalisant des améliorations éconergétiques, vous pouvez obtenir un bon retour sur investissement. Nous proposons une gamme de programmes d'efficacité énergétique pour les maisons et les entreprises qui aident à compenser les coûts liés à ces investissements.

 

2. Types d'énergie solaire

Il existe deux catégories d’énergie solaire : l’énergie solaire passive et l’énergie solaire active.

  •  L’énergie solaire passive exploite l'énergie naturelle du soleil pour chauffer une partie de votre maison. Vous avez une grande fenêtre dans votre maison et vous vous rendez compte que la pièce se réchauffe lors des journées ensoleillées ? Voilà l’effet de l’énergie solaire passive ! Si vous construisez une nouvelle maison, il est bon de tenir compte de l’énergie solaire passive et de positionner votre maison face au soleil. Les bâtiments certifiés Passive House consomment jusqu'à 90 % moins d’énergie pour le chauffage et la climatisation que les bâtiments conventionnels.

  •  L’énergie solaire active est le deuxième type d’énergie solaire et le plus connu. Elle utilise des dispositifs mécaniques ou électriques pour stocker ou convertir l’énergie solaire en électricité ou en chauffage. L’exemple le plus courant d’énergie solaire active est celui des réseaux de panneaux photovoltaïques (PV) sur les toits de bâtiments.  Ces réseaux convertissent l’énergie solaire en électricité pour alimenter votre maison ou votre entreprise. Un autre exemple d’énergie solaire active est l’énergie solaire thermique, qui est utilisée pour le chauffage des locaux ou de l’eau. 

  
 
Mur solaire au Saint John Transit. Cet exemple d’énergie solaire thermique est idéal pour les bâtiments
commerciaux avec de grandes surfaces qui font face au soleil


Chauffe-eau solaire. Idéal pour les grandes charges de chauffage d'eau comme celles dans
les hôtels et les immeubles d'habitation. 
Ce système peut également être utilisé
pour des installations saisonnières comme les chalets et les piscines.

3. Emplacement / Orientation

Tout comme pour l'immobilier, l'emplacement est extrêmement important lorsque l'on considère l'énergie solaire. Examinez la façon dont le soleil se déplace autour de votre bâtiment et faites attention à la quantité de soleil qu'il reçoit chaque jour. L'énergie solaire peut fonctionner si vous avez un toit non obstrué (pas d’ombre), avec une pente appropriée qui fait face au sud-est ou au sud-ouest. Cela peut également fonctionner si vous avez une grange, une cour non ombragée ou une colline sur votre propriété.

4. Pente du toit

Connaissez-vous la pente de votre toit? Il existe une variété de pentes de toit qui conviennent à l'installation d'un réseau de panneaux photovoltaïques au Nouveau-Brunswick. Elles sont mises en évidence dans l'image ci-dessous. Si la pente de votre toit se situe en dehors de cette échelle, ne vous découragez pas, car il existe du nouveau matériel à support incliné que votre installateur peut recommander pour les toits à plus faible pente.

 

5. Surface du toit

Si vous envisagez d'installer un réseau de panneaux photovoltaïques sur votre toit, vous devrez certainement tenir compte de la surface de votre toit ainsi que de sa pente. Un toit moyen dispose assez d'espace pour accueillir un réseau de 4 à 12 kW. Un réseau de panneaux photovoltaïques à 1kW produit environ 1 200 kWh d'énergie par année en fonction de l’orientation et de la pente. Un réseau de 4 kW peut produire jusqu'à 4 800 kWh d'électricité par année, tandis qu'un réseau de 12 kW peut produire jusqu'à 14 400 kWh d'électricité par année.

Réseau de 11kW au Nouveau-Brunswick

 

6. Votre consommation énergétique

Savez-vous combien d'énergie votre maison consomme chaque année? Au Nouveau-Brunswick, les maisons consomment en moyenne de 9 000 à 25 000 kWh d'énergie par année. Les maisons R-2000 se situent dans la partie inférieure du spectre, tandis que les maisons existantes non conformes aux codes en vigueur se situent dans la partie supérieure de ce spectre. La majorité des Néo-Brunswickois utilisent un système de chauffage électrique qui peut représenter 50 % de leur consommation énergétique annuelle.  En examinant le nombre de kWh qu’un réseau peut produire chaque année au Nouveau-Brunswick, la plupart des maisons utilisent beaucoup plus d'énergie qu'elles ne peuvent en produire.


Vous voulez en savoir plus sur l’énergie solaire? Faites-nous part de vos commentaires ci-dessous et nous les prendrons en compte pour notre prochain blogue!

 

 

 

 

Des employés de Point Lepreau donnent un coup de main aux papillons monarques

septembre 18 2018, 11:03

Point Lepreau employees give a helping hand to Monarch Butterflies

Chaque été, la centrale nucléaire de Point Lepreau accueille des visiteurs spéciaux. La centrale est une aire de repos idéale pour les papillons monarques qui se préparent pour leur parcours de 3 500 kilomètres vers le Mexique. Les papillons se nourrissent dans les champs de verge d’or, d’aster, de chardon, et d’asclépiade qu’ont plantés les employés de la centrale.

Ces plantes sont à la fois un abri et une source de nourriture pour les œufs de papillons monarques, puis les chenilles. Cet été, les chenilles ont consommé presque entièrement les plantes d’asclépiade, ce qui les aide à passer au stade nymphal (chrysalide). Toutefois, Carolyn Campbell, spécialiste de l’environnement à la centrale de nucléaire de Point Lepreau, a constaté qu’un bon nombre de chenilles éprouvaient de la difficulté à trouver suffisamment de feuillage pour créer un endroit propice pour survivre le stade nymphal. Elle a donc élaboré un plan pour remédier à la situation.

« Depuis ma rencontre avec de gens naturalistes l’année dernière, je m’intéresse beaucoup aux papillons monarques, dit Carolyn. Lorsque j’ai vu qu’il y avait plus de 50 chenilles sur une petite parcelle d’asclépiade nue, je savais que je devais agir. De nombreuses personnes s’intéressent maintenant aux papillons ; je dois donc me renseigner davantage afin de pouvoir les aider. Il est tout à fait étonnant de voir un tel intérêt. »

Dans la nature, seulement 10 à 15 % des chenilles survivent assez longtemps pour atteindre le stade de chrysalide. Les chenilles se fixent généralement à la surface inférieure d’une feuille, puis perdent leur peau rayée, révélant une peau de couleur camouflage (vert turquoise) qui les protège contre les prédateurs alors qu’elles se transforment progressivement en adultes à l’intérieur de leur cocon. Dans le but d’aider les chenilles à surmonter les obstacles, Carolyn et un groupe de collègues de la centrale ont travaillé pour mettre en place un incubateur spécialement pour les chenilles. Carolyn et l’équipe estiment que les chances de survie des chenilles sont près de 75 % grâce à ce nouvel habitat.

À l’intérieur de l’habitat, les chenilles s’attachent à des morceaux d’asclépiade. Un filet râpé scelle le haut de l’aquarium, ce qui permet aux larves de tisser une minuscule couverture de soie sur laquelle elles s’ancreront au à partir du bas de leur abdomen. Elles y demeurent pendues pendant 12 à 48 heures, pour ensuite s’extraire de leur squelette de chenille et passer au stade nymphal.

Les chenilles demeureront dans leurs cocons durant 8 à 15 jours avant d’en sortir en papillon adulte.

Lorsqu’ils sont prêts à s’envoler, les papillons seront étiquetés à l’aide de Jim Wilson du Saint John Naturalists Club, qui étiquette des papillons en danger depuis 12 ans. Une fois que les papillons seront étiquetés, ils entreprendront leur parcours vers le Mexique. L’étiquetage des papillons nous fournit des données utiles sur le cycle migratoire et sur les façons de les protéger.

« La centrale nucléaire de Point Lepreau est très importante au cycle migratoire des papillons monarques, a dit Jim. La collaboration avec Énergie NB a été formidable. Nous sommes très reconnaissants de cette belle relation. »

L’observatoire de Point Lepreau est l’un des deux seuls postes d’étiquetage au Nouveau-Brunswick.

En 2017, Point Lepreau a été reconnu comme un refuge « Monarch Watch » pour les papillons monarques en raison des champs intacts d’espèces pollinisatrices et d’asclépiades dont les papillons monarques ont besoin. « Monarch Watch » est un programme d’éducation, de conservation et de recherche sans but non lucratif basé à l’Université du Kansas qui se concentre sur le papillon monarque, son habitat et sa migration automnale.

RSS