Skip to main content
Cherchez Le menu
Blogue
  • «
  • 1
  • »

L’entretien des arbres problématiques

mai 19 2016, 13:34

Tree Trimming: What you need to know about our program and how to spot problem trees

Les arboriculteurs agréés et les entrepreneurs de la végétation d’Énergie NB travaillent fort toute l’année pour dégager les branches ou les arbres des lignes d’Énergie NB, afin de ne pas compromettre la sécurité de notre réseau ou celle de nos clients.                                             

Nous travaillons avec des entrepreneurs de la végétation de partout dans la province pour effectuer ce travail d'entretien planifié autour des lignes électriques.

Afin de réduire les effets néfastes lors de tempêtes importantes,  nous avons axé les efforts de cette année sur l’entretien de la végétation le long des lignes à haute tension à proximité des centres urbains.  

De façon semblable à comment Énergie NB procède pour rétablir le courant suivant une importante tempête, nous prévoyons notre entretien des arbres avec un accent sur les plus grandes surfaces de distribution d'énergie en premier. Si un arbre entraine des problèmes pour une ligne principale, les lignes d’apport approvisionnées par cette ligne principale seront aussi touchées, ce qui peut provoquer beaucoup plus de pannes d’électricité pendant une tempête majeure.

Nous avons chargé 13 entrepreneurs de la végétation agréés avec l’élagage des arbres et des arbustes problématiques le long des lignes dans les zones qui ont connu un plus grand nombre de pannes en raison des arbres, au cours de la dernière année. 

Puisque le Nouveau-Brunswick est densément boisé, nos entrepreneurs ont besoin de travailler aussi efficacement que possible pour que nous puissions garder le contrôle de la croissance des arbres avant qu'ils deviennent un problème.  C’est essentiel de maintenir l’accent sur les plans d’entretien prévu afin d’éviter des pannes de courant imprévues et très coûteuses.  

Lorsque nous recevons une demande du client pour l'enlèvement des arbres, les équipes doivent arrêter le travail prévu en cours et se réorienter à cette nouvelle demande d’enlèvement des arbres sur la propriété  du client, pourvu que cette demande réponde à nos exigences.

Avant d’appeler Énergie NB pour une demande d’évaluation de votre végétation problématique, veuillez prendre en considération les ressources suivantes. Cela vous permettra, ainsi que nos équipes, d'économiser du temps. 

Comment identifier un arbre problématique.

  1. En premier lieu, est ce que l’arbre se retrouve sur votre propriété? Sinon, le propriétaire devra nous appeler pour en savoir davantage sur l'arbre.
  2. Est-ce que l’arbre se retrouve à proximité d’une ligne d’électricité? 
  3. Est-ce que l'arbre est déraciné ou est-ce qu’il penche à plus de 30 degrés vers la ligne 
  4. Est-ce qu’il y a des brûlures sur l'arbre compatibles avec la ligne?
  5. Est-ce que l’arbre est mort? Dans ce cas, il n’y aurait pas de feuilles ou d’épines, ou ces dernières seraient de couleur brun rougeâtre.  

Pour déterminer si votre arbre est malade ou mourant, vérifier pour les symptômes suivants:

  • Des taches décolorées ou mortes sur les feuilles
  • Des branches mortes
  • Des insectes enfouis dans le tronc de l’arbre.
  • L’arbre est cassé ou fendu
  • Un trou perceptible dans le tronc
  • De l’écorce manquante sur le tronc

 

Dans le cadre d’une demande du client, Énergie NB n’effectue pas d’élagage sauf s’il y a un risque pour la fiabilité du réseau.   

Garder un œil sur les lignes.

Il y a deux types de lignes électriques que vous puissiez remarquer sur votre propriété qui appartiennent à Énergie NB.  Si votre arbre penche à proximité des lignes les plus hautes, c'est un fil primaire. Celle-ci est une ligne à haute tension et très dangereuse.

La ligne la plus proche du sol est un fil de service, et il transporte l'électricité en moyenne tension à votre domicile.

Tout entretien des arbres nécessaires à proximité de ces lignes doit être effectué seulement par Énergie NB ou par un entrepreneur agréé. Ne jamais tenter d’effectuer vous-même l’élagage de ces arbres.  

40 %  des appels des clients finissent par être différés au  calendrier d'entretien préventif régulier ou même annulés puisque les critères ci-dessus ne sont pas rencontrés.

Les entrepreneurs embauchés pour terminer le travail de gestion de la végétation d'Énergie NB sont pleinement qualifiés pour couper en toute sécurité les arbres autour des lignes électriques. Ce type de travail exige un ensemble de compétences spécialisées et ne doit jamais être effectué par quelqu'un qui n’est pas qualifié pour travailler autour des lignes électriques.  Voici une liste des entrepreneurs : 

Coughlan Tree Service

Fredericton

447-0319

Fundy Tree Trimming

Sussex/Rothesay

433-2054

Démonteur D'arbres du Nord-Ouest /NorthWest Tree Trimming

Edmundston

580-7209

Asplundh Tree Service

Fredericton

260-1750

Hanna's Contracting and Tree Service

Chatham/Shediac/Sackville

773-9967

NorthEast Tree Trimming

Tracadie/Bathurst/Campbelton

727-4263

Maritime Tree Trimming

Tracadie/Bathurst/Campbelton

395-3180

Treecologic

Fredericton

440-5325

Desjardins Tree Trimming

Grand Falls/Edmundston

445-3128

Wildwood Tree Service

Fredericton

292-8899

Laforest n Sons

Grand Falls/Miramichi

479-1919

Travelling Seed Care

Moncton

227-6016

 

 

 

Énergies renouvelables pour remplacer la centrale hydroélectrique de Mactaquac

mai 17 2016, 11:40

Renewable alternatives for the Mactaquac Generating Station

Nous devons prendre une décision importante concernant l’avenir de la centrale de Mactaquac. La centrale atteindra bientôt sa fin de vie utile et Énergie NB se penche présentement sur les prochaines étapes. Cette décision, quelle qu’elle soit, aura des conséquences importantes sur l’environnement et sur les gens qui vivent et travaillent à proximité de la centrale. C’est pourquoi Énergie NB collabore avec des experts et le public afin de déterminer quelles seraient les conséquences et comment les atténuer.

Si la centrale de Mactaquac n’est pas reconstruite, Énergie NB a besoin de remplacer l’Énergie perdue avec des énergies renouvelables.

Le réseau électrique actuel d’Énergie NB

Énergie NB fournit de l'énergie aux maisons et aux entreprises de la province depuis près de 100 ans. Le réseau électrique d’Énergie NB s’est développé au cours des années. Tout a commencé avec une petite centrale hydroélectrique à Musquash  pour devenir un parc de production avec 13 centrales. Ce parc comprend une centrale nucléaire et des centrales  hydroélectriques, au charbon, au mazout et au diesel, ainsi que des ententes d'achat d'énergie de diverses installations privées alimentées au gaz naturel et d’autres sources d’énergies renouvelables.

L’énergie est acheminée sur 6 800 kilomètres de lignes de transport et plus de 20 000 kilomètres de lignes de distribution à environ 394 000 clients.

Les clients d'Énergie NB comprennent des maisons, des fermes, des églises et des propriétés saisonnières au Nouveau-Brunswick, par exemple des camps et des gîtes. L’énergie est également acheminée vers des magasins, des hôtels, des restaurants, des bureaux, des hôpitaux, des écoles, des universités, des usines et des ateliers.

Si Mactaquac n’est pas reconstruite, comment allez-vous remplacer l’énergie  produite par Mactaquac?

Si les options de retenir le bassin d'amont sans la production d'électricité ou de permettre à la rivière de reprendre son cours naturel, Énergie NB doit remplacer l’énergie produite par Mactaquac avec de l'énergie renouvelable.

Ceci cadre avec la norme de portefeuille renouvelable qui exige que d’ici 2020, 40 pourcent de la production d’Énergie NB provienne de sources renouvelables telles que:

  • L’énergie de la biomasse

La biomasse est une matière biologique provenant directement des plantes. Elle est produite au cours de la photosynthèse, procédé employé par les plantes pour convertir l’énergie du soleil en énergie chimique. En utilisant la combustion, l'énergie chimique peut être transformée en énergie et utilisée sous forme de chaleur ou d'énergie.

  • L’énergie du biogaz

Le biogaz est de la matière organique fermentée (fumier, déchets, matériel végétal et d'algues), qui produit du gaz. Le gaz est utilisé pour créer de la chaleur puis de la vapeur qui fait tourner une turbine pour produire de l'électricité.

  • L’énergie solaire

L'énergie solaire peut être captée soit par l'énergie photovoltaïque ou thermique. Vous avez peut-être déjà vu des panneaux solaires sur des toits ou dans des champs.

  • L’énergie hydroélectrique

L'hydroélectricité produit de l'électricité à partir du mouvement de l'eau à travers un canal ou un tuyau dans une turbine. L’eau entre en contact avec les lames de la turbine, ce qui fait pivoter l’arbre. L’arbre pivotant est relié à un générateur électrique qui convertit le mouvement de rotation de l’arbre en énergie électrique. Cliquez ici pour voir une vidéo sur la production hydroélectrique.

  • L’énergie marémotrice

L’énergie marémotrice est une forme d’énergie hydraulique qui transforme l’énergie des marées et des vagues en électricité ou en une autre forme utile d’énergie.

Les turbines marémotrices tirent leur énergie des courants marins selon un procédé semblable à celui employé par les éoliennes pour tirer de l’énergie du vent. Comme l’eau a une densité 800 fois plus élevée que l’air, un seul générateur peut fournir une grande quantité d’électricité malgré le fait que le courant des marées n’est pas très rapide (comparativement à la vitesse du vent).

Pour extraire l’énergie houlomotrice, le mouvement des vagues est capté à l’aide d’appareils semblables à des structures flottantes, qui transforment le mouvement de la houle en énergie mécanique; cette énergie est ensuite convertie en électricité et transmise vers le littoral sur une ligne de transport submergée.

  • Les systèmes géothermiques améliorés

Les systèmes géothermiques améliorés propulsent de l’eau froide à haute pression dans des formations rocheuses souterraines. L’eau circule dans la roche fracturée, emmagasinant la chaleur jusqu’à ce qu’elle devienne très élevée. L’eau remonte ensuite à la surface par un deuxième trou de forage. Une turbine à condensation et un générateur pour convertir l’énergie de l’eau chauffée en électricité peuvent être utilisés.

  • L’énergie éolienne

Le vent fait tourner les éoliennes lorsqu’il passe à travers les pales de l’éolienne. L'arbre de rotation de la turbine est relié à un générateur électrique qui transforme le mouvement rotatif de l'arbre en énergie électrique. Cliquez ici pour voir une vidéo sur la production éolienne.

  • Les achats d’énergies  renouvelables: p.ex. du Québec ou de Terre-Neuve

Établir un réseau électrique par l’utilisation d’énergies renouvelables durables au Nouveau-Brunswick

Le Nouveau-Brunswick connait de courtes demandes de pointe en électricité pendant les mois d'hiver, normalement en janvier et février. Ces demandes de pointe peuvent représenter le double de la demande en électricité au cours des mois d'été. Puisque le stockage de l’énergie renouvelable est encore à ses débuts, répondre à ces demandes avec seulement les énergies renouvelables peut être difficile en raison de la variabilité et de l'intermittence de certaines ressources renouvelables. Énergie NB repose souvent sur l'utilisation des combustibles fossiles pendant ces périodes pour assurer un approvisionnement fiable, ce qui peut coûter des millions de dollars chaque année.

L'efficacité énergétique est également cruciale. Le partenariat entre Énergie NB et Siemens, les programmes de remises et les initiatives tels que le programme « Déjouer les pointes » encouragent les Néo-Brunswickois à adopter de bonnes habitudes qui aident à réduire et déplacer la demande énergétique en prenant de petites mesures qui leur permettent d’évitent de payer pour de l'électricité dont ils n’ont pas besoin.

Que pensiez-vous des ressources énergétiques renouvelables et leur place sur notre réseau? Faites-nous part de vos commentaires ci-dessous.

 

 

Derrière la panne: Des équipes rétablissent le courant à des milliers de clients suite à une panne provoquée par un isolateur défectueux

mai 9 2016, 15:25

Behind the outage: Crews restore thousands before search ends with faulty insulator

Des équipes ont cherché pendant des heures à pied, en véhicule hors-route et en hélicoptère. Finalement, à 1 h le lundi matin, les équipes ont repéré un arc électrique sur une ligne de transport à plus de 21 mètres de haut. Elles ont réussi à trouver la défaillance lors d’un essai sur la ligne qui a révélé l'équipement défectueux responsable de la panne de dimanche dans la vallée de Kennebecasis.

Il s’agissait d’un isolant fissuré. C’était juste une petite pièce d'équipement, mais elle a provoqué une panne généralisée qui a touché plusieurs de nos clients lors de la fête des Mères. Nos équipes ont travaillé fébrilement pour trouver la raison de la panne et pour rétablir le courant en toute sécurité.

Lorsque 22 000 clients de Rothesay, de Quispamsis et des régions avoisinantes ont perdu leur courant vers 7 h 30 le dimanche 8 mai, le centre d'exploitation d'Énergie NB a immédiatement signalé que le problème était lié au réseau de transport.  Nous avons envoyé des équipes spécialisées avec le réseau de transport afin de déterminer la raison de la panne et pour élaborer un plan pour rétablir le courant aux clients.

Alors que les équipes cherchaient la raison de la panne, nos opérateurs ont commencé à transmettre des clients à d'autres lignes sous tension. Cela a permis de rétablir le courant à un grand nombre de clients aussi rapidement et sûrement que possible.

Le courant a été rétabli à plus de 16 000 clients par 22 h.  Alors que la journée avançait et que les conditions météorologiques étaient favorables, les équipes ont transféré la demande des clients d'une sous-station vers une autreen toute sécurité. Cela a permis à Énergie NB de rétablir le courant à de petits groupes de clients alors que les équipes continuaient à chercher la raison de la panne.

Il restait encore 1 000 clients sans courant à 15 h 30.

Isolateur défectueux qui a provoqué la panne du réseau de transport dans la région de la vallée de Kennebecasis. L’isolateur était à 21 mètres de hauteur et la fissure était difficile à identifier à la lumière du jour.

Dans des situations comme celles-ci, nous collaborons avec nos clients pour minimiser les répercussions sur les hôpitaux, les foyers de soins, les magasins et les arénas. Hier, nous avons discuté avec le maire de Rothesay, Bill Bishop. Il nous a grandement aidé en informant les résidents de la région.  

Avant de rétablir le courant en toute sécurité à ces 1 000 clients sans électricité, nous avons dû vérifier la stabilité de la ligne de transport. Pour ce faire,  nous avons délibérément débranché le courant à environ 5 000 clients pour nous assurer de pouvoir ajouter la demande d'électricité supplémentaire de ces 1 000 clients restants.  C’est pour cette raison que certains clients dont le courant avait été rétabli, ont subi deux brèves interruptions supplémentaires vers 15 h 30 et 17 h.

Nous avons été en mesure de transférer la demande des clients restants aux lignes environnantes afin de rétablir le courant à tout le monde vers 21 h 30.

Ce fut un événement rare et nous n’avons pas pu identifier la raison de la panne pendant toute la journée. Les équipes d’Énergie NB ont effectué des patrouilles aériennes et au sol afin de trouver des obstructions ou des problèmes d'équipement, mais elles n’ont rien trouvé durant la journée.  Des employés étaient en poste le long de la ligne de transport tout au long de l'après-midi pour rechercher la raison de la panne. Les opérateurs du réseau au Centre de conduite du réseau ont mis la ligne sous tension puis hors tension pour trouver le problème.

Lorsque nous avons trouvé la raison de la panne, nous avons été en mesure d’effectuer les réparations nécessaires lundi matin. Ensuite, nous avons transféré les 1 000 clients restants à la sous-station de Fairvale sans interruption de courant.

Nous avons apprécié la patience continue de nos clients au cours de cette panne lors de la fête des Mères. Nos équipes ont travaillé avec diligence pour rétablir le courant aussi rapidement et sûrement que possible.

Cliquez ici pour en apprendre d’avantage sur la façon dont nous rétablissons le courant lors de pannes majeures.

L'Institut canadien des rivières (ICR) et le projet de Mactaquac

mai 5 2016, 15:34

The Canadian Rivers Institute and the Mactaquac Project

Nous devons prendre une décision importante concernant l’avenir de la centrale de Mactaquac. La centrale atteindra bientôt sa fin de vie utile et Énergie NB se penche présentement sur les prochaines étapes. Cette décision, quelle qu’elle soit, aura des conséquences importantes sur l’environnement et sur les gens qui vivent et travaillent à proximité de la centrale. C’est pourquoi Énergie NB collabore avec des experts et le public afin de déterminer quelles seraient les conséquences et comment les atténuer.

Sous la direction de scientifiques reconnus, l'étude de l'écosystème aquatique de Mactaquac (MAES) examine le fleuve Saint-Jean, en amont, en aval et à proximité du barrage de la centrale de Mactaquac, pour fournir des renseignements scientifiques à Énergie NB.

Le Dr Allen Curry, directeur scientifique à l'Institut canadien des rivières, souligne certains éléments essentiels du projet dans le blogue de cette semaine.

Qu’est-ce que l'étude de l'écosystème aquatique de Mactaquac?

C’est un projet pluriannuel qui comprend la première étude approfondie du genre sur le fleuve  Saint-Jean. Cette étude est également unique parmi les études sur les grandes rivières canadiennes. Le projet est divisé en trois phases : Phase 1 (aujourd’hui jusqu’à 2017), Phase 2 (Étude d'impact sur l'environnement [lien vers le blog ICR] puis l’exécution des travaux à la centrale), et Phase 3 (fin des travaux et rabattement).

Notre équipe universitaire comprend des scientifiques et des ingénieurs professionnels de différentes disciplines, notamment la biologie, la géologie et l'ingénierie. Nous avons également des techniciens en informatique et de terrain, ainsi que plus de 50 étudiants.  Nous travaillons présentement sur plus de 30 études différentes qui examinent l’ensemble de l'écosystème de la rivière, dont le passage des poissons et les flux environnementaux de le fleuve Saint-Jean.

Quel est l’objectif de la MAES?

L'objectif de la phase 1 de la MAES est d'établir une caractérisation approfondie de la rivière et du bassin d'amont afin de mieux comprendre l'écosystème de ces régions et d'utiliser différents modèles pour prédire les changements à l'écosystème sous chacune des options.  Ces renseignements seront utilisés pour informer Énergie NB et pour appuyer notre recherche scientifique.

Quelle est l’envergure de la zone d'étude comparativement à la rivière?

La zone de l'écosystème aquatique de Mactaquac s’étend des eaux d'amont de la rivière Tobique jusqu’à l'estuaire à Saint John. Certains projets sont axés sur des zones plus petites et sur des problèmes particuliers.

Qu'est-ce que vous cherchiez lorsque vous envisagez la rivière dans son ensemble?

La raison d'entreprendre une étude globale de l'écosystème de la rivière est de comprendre, au mieux de notre capacité, l’effet de la centrale de Mactaquac sur l'écosystème du fleuve Saint-Jean et de prévoir l’effet des options sur l'ensemble de l’écosystème de la rivière.  Nous utilisons une approche différente des études typiques qui se limitent à de petites sections d'une rivière. Nous devons aborder des contraintes financières et un manque de temps pour une collecte de données suffisante sur une grande surface.   L’objectif de l’étude globale de l'écosystème de la rivière est de rassembler des renseignements biologiques et écologiques, comme les communautés de plantes et de poissons, avec des renseignements physiques et chimiques comme l'eau, la qualité des sédiments et le flux de la rivière d'une manière à décrire l'écosystème fluvial et de faire des prédictions quant à son avenir. 

Les barrages sont des infrastructures qui bloquent le passage naturel du poisson dans une rivière. Comment allez-vous étudier le passage des poissons à la centrale de Mactaquac?

Nous avons étudié de la documentation existante, organisé un atelier d'experts pour discuter du passage de différentes espèces de poissons et visité des régions où des barrages ont été enlevés. Grâce à la collecte de données relatives à l’étiquetage des poissons [lien vers le blogue de Austin], notre équipe va étudier des espèces individuelles, notamment le saumon de l'Atlantique, le bar rayé, l’esturgeon, l'anguille d'Amérique et le maskinongé.  Par exemple, notre étude sur le saumon de l'Atlantique examine toutes les étapes de la migration du saumon (les adultes en amont et en aval et les saumoneaux en aval). Elle considère non seulement le barrage comme un obstacle potentiel, mais également le bassin d'amont.

Pourquoi l'étude de l’écosystème aquatique de Mactaquac est-elle si importante?

Le fleuve Saint- Jean, qui coule sur quelque 673 kilomètres, prend sa source au fond des bois dans le nord du Maine, aux États-Unis, pour se déverser dans la baie de Fundy, au Nouveau-Brunswick. C’est la deuxième plus longue rivière de l'est de l'Amérique du Nord et soutient la plus grande diversité de plantes et d'animaux aquatiques dans l'est du Canada, y compris 15 espèces en péril. 

Notre compréhension collective de la façon dont les barrages influencent les écosystèmes fluviaux s’est grandement améliorée depuis la construction du barrage.  Le projet de Mactaquac nous donne l’occasion d’inverser certaines des conséquences défavorables depuis sa construction soit par l'enlèvement du barrage, ou par l’amélioration de la conception et de l'exploitation d'un nouveau barrage de telle sorte que l'écosystème de la rivière jouisse d’une nette amélioration.  De telles occasions ne doivent pas être prises à la légère, ou réalisées sans tenir compte des données recueillies grâce à des modèles et à des méthodes d'ingénierie à la fine pointe de la technologie.  Nous croyons que la MAES est indispensable pour permettre à Énergie NB de prendre une décision éclairée qui sera avantageuse pour l'écosystème du fleuve Saint-Jean et pour tous ceux qui vivent à proximité de son vaste bassin versant. 

  • «
  • 1
  • »
RSS