Skip to main content
Cherchez Le menu

Mise à jour COVID-19: Dans le cadre de l’exécution de tous les programmes d'efficacité énergétique, votre santé et sécurité sont notre priorité. En savoir plus.

Sûreté radiologique

 

La centrale nucléaire de Point Lepreau opère un réacteur CANDU, qui est parmi les plus sécuritaires dans le monde puisqu’il est conçu autour des quatre piliers suivants :

  • Redondance - en utilisant au moins deux composants ou systèmes pour une fonction particulière afin que l'un soit disponible si l'autre ne l’est pas.
  • Diversité - en utilisant deux méthodes physiques ou fonctionnelles différentes pour une fonction particulière au cas où il y aurait des failles dans l’une des deux méthodes.
  • Séparation - l'utilisation de barrières ou d’espace pour séparer des composants ou des systèmes qui effectuent une fonction particulière.
  • Protection - certifier tous les systèmes de sécurité au niveau sismique et environnemental, ainsi que l'équipement et les structures nécessaires pour soutenir la sécurité.

Il y a un système d’alimentation de secours et une salle de contrôle de sauvegarde. Les réacteurs CANDU sont également équipés de quatre systèmes de sécurité spéciale, qui sont conçus pour fonctionner en cas d'incident ou de panne de l'équipement graves. Chacun de ces systèmes fonctionne de façon indépendante.

Si vous vous êtes déjà interrogé sur la manière dont Point Lepreau assure la gestion de la sûreté radioactive, cette page vous fournira des informations et des sources de renseignements complémentaires.

Encore des questions?

Si, après avoir pris connaissance des informations ci-dessous, vous avez encore des questions et souhaitez obtenir plus de détails sur le Programme de surveillance de l’environnement et des radiations de Point Lepreau, veuillez contacter :

Kathleen Duguay

Responsable des relations communautaires et des protocoles réglementaires

Téléphone : 506 647 8057

Courriel : kduguay@nbpower.com

Protection contre les radiations

Le rayonnement est le processus d'émission de l'énergie sous forme d'ondes ou de particules qui existe depuis bien longtemps avant que la vie ne commence sur terre. Un Canadien moyen reçoit annuellement de trois à cinq millisieverts, la mesure de base de rayonnement, provenant de l'environnement naturel. La dose totale de radiation causée par les émissions de la centrale nucléaire de Point Lepreau - Fiche de renseignements.

Les travailleurs de la centrale nucléaire de Point Lepreau reçoivent une formation spécifique en matière de radioprotection, comment la mesurer et la détecter, et comment s’en protéger.

Nos lignes directrices du programme de radioprotection suivent les règlements fédéraux et provinciaux, et ont été approuvées par la Commission canadienne de sûreté nucléaire, notre organisme de réglementation.

Les rayonnement et les activités d’exploitation de la centrale nucléaire de Point Lepreau

Un effet secondaire des activités de la centrale nucléaire de Point Lepreau est l’émission de rayonnements de très faible intensité qui contribuent au rayonnement de fond provenant d’autres sources comme le soleil, les roches, le sol, les articles ménagers et des activités telles que le transport aérien, ainsi que les procédures médicales et dentaires.

Dans le cadre de notre Programme de surveillance de l’environnement et des radiations (PSER), nous effectuons des prélèvements et des analyses d’échantillons de l’air, du sol et des eaux environnants.

Nous prélevons également des échantillons dans nos installations destinées à la gestion des déchets nucléaires et de nos sites d’enfouissement régional.

À quelle quantité de rayonnement émise par la centrale nucléaire de Point Lepreau suis-je exposé?

La quantité de rayonnement à laquelle vous êtes exposé(e), quelle que soit la source de rayonnement, dépend de votre proximité de la source (à quel point vous êtes proche de celle-ci), de la durée de votre exposition, du type de rayonnement et de la façon dont le rayonnement est absorbé par le corps.

Dans le cas de Point Lepreau, même si vous habitiez à la limite de la centrale, 365 jours par an, la dose de rayonnement à laquelle vous êtes exposé(e) ( y compris les rayonnements de toute autre source potentielle dans le sol, l’air et l’eau.) est négligeable.

la limite de la zone d’exclusion de En effet, au moment où ces émissions atteignent la centrale, ils sont dilués en dessous des limites de détection de la plupart des procédures analytiques.

Le seul facteur quantifiable qui contribue à la dose de rayonnement de la centrale nucléaire de Point Lepreau sur la population locale est celle de la vapeur d’eau tritiée dans l’air. Ces doses sont extrêmement faibles, bien en dessous des limites réglementaires et ne représentent qu’une petite fraction du rayonnement de fond provenant d’autres sources.

Que représente dose de rayonnement de la centrale nucléaire Point Lepreau se compare-t-elle aux niveaux de rayonnement de fond?

Imaginez-vous qu’une salière pleine représente toute la totalité des rayonnements auxquels vous êtes exposé (e) à partir de diverses sources naturelles et artificielles. Ensuite, ajoutez quelques grains de sel à la salière. Les petits grains de sel additionnels correspondent à la dose de rayonnement de la CNPL (pour les gens qui habitent à proximité).

Limites réglementaires et lignes directrices adoptées.

Le taux de tritium détecté dans les échantillons provenant des puits analysés est  inférieur à 1 % de la limite réglementaire, qui est fixée pour assurer la sécurité de l’environnement et des personnes.

Chez  Énergie NB, notre travail consiste à garantir une exposition aussi faible que possible aux rayonnements émis par nos activités.

Nous y parvenons grâce à notre solide rendement opérationnel et une gestion environnementale rigoureuse. Il nous incombe également de veiller à ce que nous respections les règlements et les lois applicables.

Énergie NB ne décide pas de ce qui constitue une limite acceptable. Cette responsabilité  incombe à l’organisme fédéral de réglementation de la sûreté nucléaire, la Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN).

La CCSN ne fixe pas ses limites de manière isolée. De nombreuses études sur la radioprotection sont réalisées par des expert(e)s et chercheur(se)s en radioprotection dans des laboratoires et des universités du monde entier. Nombre d’entre ces études  sont examinées par d’autres expert(e)s et chercheur(se)s ainsi que par des organisations de santé afin de dégager un consensus au sein de la communauté scientifique sur les limites sûres. Parmi les organisations reconnues qui éclairent la prise de décision du Canada sur les limites et les normes réglementaires  mentionnons  International Atomic Energy Agency (IAEA), l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la Commission Internationale de Radioprotection, Santé Canada et l’Association canadienne de normalisation.

Bien qu'Énergie NB ne détermine pas ces limites légales, nous adhérons et contribuons à la rédaction et à la publication de normes par l'Association canadienne de normalisation. Ces normes sont mises en œuvre à notre centrale, conformément à notre permis d'exploitation de réacteur de puissance délivré par la CCSN, et sont utilisées pour estimer l'exposition du public aux rayonnements.

Ressources complémentaires

Vous voulez en savoir plus?

Vous trouverez ci-dessous plusieurs sources d’informations indépendantes et fiables sur les rayonnements présents dans l’environnement et ceux provenant des activités nucléaires :

Rapports environnementaux annuels d’Énergie NB 2015-2019