Skip to main content
Cherchez Le menu
Blogue

Les Néo-Brunswickois passent à l’action pour nous aider à déjouer les pointes

janvier 21 2022, 10:19

New Brunswickers take action to help Beat the Peak

En raison des températures extrêmement froides qui ont touché l’ensemble de la province la semaine dernière, nous avons demandé à tout le monde de réduire sa consommation d’électricité pour aider le Nouveau-Brunswick à déjouer les pointes.

Et ce fut un succès !

La demande de pointe a lieu entre 6 et 9 heures et entre 16 et 20 heures, aux moments où la plupart des familles commencent et terminent leur journée.

Grâce aux nombreux clients qui ont fait de petits changements pour réduire ou retarder la consommation d’électricité pendant les périodes de pointe, nous n’avons pas eu besoin de recourir à l’énergie à partir de combustibles fossiles pour alimenter le Nouveau-Brunswick pendant la vague de froid.

Voici les périodes de pointes qui ont été enregistrées dans la province la semaine dernière :

11 janvier, de 8 à 9 heures - 3 028 mégawatts (MW)

11 janvier, de 18 h à 19 h - 2 936 MW

12 janvier, de 8 à 9 heures - 3 177 MW (deuxième demande la plus élevée de l’histoire)

Le record pour la demande de pointe au Nouveau-Brunswick a été enregistré dans la matinée de janvier 2004, à 3 326 MW. À titre de comparaison, nous n’avons besoin que d’environ 1 500 MW pour répondre aux besoins des clients lors d’une matinée d’été typique.

Nous sommes responsables de répondre aux besoins énergétiques des Néo-Brunswickois tout au long de l’année et nous avons eu la chance de réduire le besoin de recourir à l’énergie la plus coûteuse. Il était important que nous fassions notre part, si bien qu’au début de la semaine dernière, plusieurs de nos employés ont pris les mesures nécessaires pour se préparer aux périodes de pointe.

  • Nos équipes ont identifié des possibilités d’économies d’énergie dans les centrales et les bureaux d’Énergie NB et les ont mis en œuvre afin de réduire notre propre consommation. Ces mesures comprennent notamment la diminution de la température dans les pièces inoccupées et le report de l’utilisation de certains de nos équipements dans nos centrales.
  • Nos employés du service de production ont préparé et effectué des essais sur nos turbines à combustion d’appui à Millbank, Sainte-Rose et Grand Manan afin qu’elles soient prêtes en cas de besoin.
  • Nous avons mis en place notre Programme ÉconoPointes, dans le cadre duquel 50 clients commerciaux et industriels qui se sont inscrits pour collaborer avec nous sur les périodes de pointe pendant les mois d’hiver prennent des mesures pour réduire leur consommation d’électricité pendant des périodes de deux heures.
  • Nos spécialistes des comptes majeurs ont communiqué avec plus d’une douzaine de clients commerciaux qui représentent une grande partie de la consommation d’électricité dans la province. La plupart des propriétaires et gestionnaires d’entreprises ont affirmé qu’ils étaient heureux d’être informés et d’avoir la possibilité d’apporter des changements qui les aideraient à gérer leurs coûts énergétiques.
  • Nous avons collaboré avec les services publics municipaux de la province, dont Saint John Energy qui a émis ses propres alertes (« Shave the Peak ») pour ses clients.
  • Nous avons partagé des renseignements avec les Néo-Brunswickois sur les médias sociaux, par courriel et sur les stations de radio locales afin d’encourager tout le monde à participer à cette initiative.

Jean Marc Landry, chef de l’expérience-client d’Énergie NB, est ravi de l’enthousiasme des Néo-Brunswickois et de l’intérêt qu’ils portent à déjouer les pointes. En Amérique du Nord, plusieurs sociétés d’énergie demandent à leurs clients de les aider à gérer les demandes de pointe.

« Nous avons été ravis d’apprendre à quel point nos clients commerciaux étaient prêts à adapter leurs activités pendant quelques jours, affirme Jean-Marc. Ils reconnaissent que les économies d’énergie aident non seulement la province, mais également leurs résultats financiers ».

Étant donné que c’était la première fois depuis des années qu’Énergie NB demandait aux clients de travailler ensemble pour déjouer les pointes pour des dates précises, il y a eu beaucoup de questions et de commentaires.

« Nous sommes conscients qu’il s’agit d’une période difficile pour de nombreux Néo-Brunswickois, notamment parce qu’un grand nombre d’entre eux travaillent et apprennent à la maison, déclare Jean Marc. Merci à tous nos clients qui ont apporté un petit changement à leur routine pour aider à réduire la demande globale d’électricité pendant les périodes du matin et tôt dans la soirée. Ensemble, nous n’avons pas eu besoin de recourir aux sources d’énergie les plus coûteuses et les moins durables sur le plan environnemental, ce qui est avantageux pour toute la province ».

Heureusement, les vagues de froid comme celle de la semaine dernière sont temporaires, tout comme nos demandes aux Néo-Brunswickois de consommer moins d’électricité. Malgré tout, il est toujours bon d’économiser l’énergie pour gérer sa facture d’électricité et protéger l’environnement.

Merci aux Néo-Brunswickois !

What about Electric Vehicles?

Sur les médias sociaux, nous avons reçu beaucoup de questions et de commentaires sur la façon dont les mesures prises pour déjouer les pointes allaient avoir une incidence sur les véhicules électriques (VE).

La plupart des propriétaires de véhicules électriques font la recharge à la maison pendant la nuit, ce qui a une incidence minimale sur les périodes de pointe d’électricité du matin et de l’après-midi. Les véhicules électriques permettent également aux propriétaires de programmer le moment de la recharge (pour éviter les périodes de pointe), de la même manière que vous pouvez programmer un lave-vaisselle pour qu’il fonctionne avec un décalage de 4 heures.

À l’avenir, les batteries des VE seront probablement un élément essentiel de notre réseau intelligent, car elles pourraient être utilisées comme source d’énergie dans des situations comme celle-ci ou lors de pannes de courant.

 

Jennifer Lennox: chef de file dans l'industrie nucléaire

décembre 15 2021, 12:07

Recognizing Jennifer Lennox' leadership in the nuclear industry

Énergie NB est fière de posséder et d’exploiter la seule centrale nucléaire du Canada atlantique. Nos employés de la centrale nucléaire de Point Lepreau (CNPL) travaillent fort chaque jour pour produire une énergie sûre, fiable et propre pour les Néo-Brunswickois. 

En octobre 2021, Jennifer Lennox a été nommée ingénieure en chef de l’exploitation nucléaire à la CNPL, ce qui fait d’elle la première femme ingénieure en chef de l’exploitation nucléaire d’un service public en exploitation dans l’histoire de l’industrie nucléaire canadienne. Être ingénieure en chef de l’exploitation nucléaire est un rôle intégral au fonctionnement de la centrale  ; il s’agit notamment d’assurer l’exploitation sécuritaire de la centrale dans les limites et conditions de son permis de conception et d’exploitation.

La carrière de Jennifer l’a préparée à ce rôle. Avant de se joindre à Énergie NB en 2009, elle a travaillé comme ingénieure de recherche au Center for Nuclear Engineer Research après avoir obtenu une maîtrise en génie chimique dans le domaine nucléaire de l’Université du Nouveau-Brunswick. À la CNPL, elle a occupé les postes de gestionnaire de la sûreté des réacteurs et de gestionnaire de l’ingénierie des systèmes, en plus de divers postes au sein de l’ingénierie des programmes et de la formation en ingénierie au cours de sa carrière.

Pour Jennifer, la décision de s’engager dans un rôle de leadership a été facile à prendre, puisqu’elle aime voir les autres réussir, offrir un encadrement et aider ses collègues à réaliser tout leur potentiel. En tant que leader, elle contribue au succès de la CNPL en éliminant les obstacles pour son équipe, en jouant le rôle de mentor et en travaillant en collaboration avec ses pairs de l’industrie pour identifier et partager les meilleures pratiques. La culture d’entraide et d’apprentissage du Nouveau-Brunswick est également un élément important de la philosophie de leadership de Jennifer.

En tant que femme dans un domaine principalement masculin, Jennifer reconnaît les défis auxquels les femmes peuvent être confrontées au début de leur carrière dans le secteur nucléaire. La diversité et l’inclusion dans l’industrie nucléaire est importante ; elle permet de mettre en lumière des perspectives différentes et d’équilibrer les équipes.

Son conseil aux jeunes professionnels est simple : « Établissez des relations avec vos pairs, participez aux initiatives de l’industrie et saisissez les opportunités d’apprentissage et de partage avec vos collègues.»

 L’organisation Nucléaire au féminin (WiN) est une initiative clé pour la promotion des femmes dans l’industrie nucléaire. Cette association mondiale regroupe des femmes travaillant professionnellement dans divers domaines de l’énergie nucléaire et des applications des rayonnements.

Lorsqu’elle ne porte pas sa casquette d’ingénieure en chef de l’exploitation nucléaire, Jennifer aime passer du temps avec sa fille Emma, âgé de 14 ans, qui est une danseuse de compétition au studio de danse. Elle s’occupe également de deux animaux de compagnie, Lola et Macy, et envisage d’ajouter un troisième chien à sa famille avant Noël. 

Félicitations, Jennifer, et merci !

Des ours sont en plein épanouissement dix ans après avoir été sauvés par des employés d’Énergie NB

novembre 24 2021, 11:06

Bears thriving a decade after rescue by NB Power employees

Lucy et Desi mènent une vie plutôt aisée au Zoo de Magnetic Hill à Moncton. Le frère et la sœur ont un grand enclos et une source régulière de nourriture qui leur est servie quotidiennement. Tout comme les autres animaux au zoo, ils reçoivent beaucoup d’attention de la part d’une équipe de professionnels dévoués.

Ils sont vraiment chanceux.

Il y a dix ans, un incident de chasse terrible a entraîné la mort de leur mère, ainsi que de leur frère et sœur. Les petits oursons étaient coincés au sommet d’une structure de lignes électriques à Allardville, terrifiés et en quête d’un refuge.

Le 10 avril 2011, Énergie NB a reçu un appel du ministère des Ressources naturelles demandant de l’aide pour sauver les oursons. Les monteurs de ligne James Doucet et Bruce White (maintenant à la retraite) ont passé à l’action.

James travaille toujours dans la région de Bathurst en tant que monteur de lignes sous tension principal, et se souvient de cette journée comme si c’était hier.

« Bruce et moi étions sur appel cette fin de semaine, déclare-t-il. Nous ne nous attendions certainement pas à faire partie d’une mission de sauvetage ! Nous nous sommes rendus sur place et avons réalisé que nous avions besoin d’un plus gros camion. Nous sommes revenus avec un camion à double nacelle et sommes montés pour aider les ours. Le petit ourson qui se cramponnait au poteau était facile à sauver alors qu’elle s’est laissé attendrir dans les bras de Bruce. L’autre ourson était un peu plus agressif et plus difficile à ramener au sol ! »

Le ministère des Ressources naturelles a transporté les oursons au Zoo de Magnetic Hill afin qu’une équipe de professionnels des soins aux animaux puisse s’occuper d’eux.

Tiffany Bateman est surveillante des soins aux animaux au zoo. Elle faisait partie de l’équipe qui a aidé les oursons lorsqu’ils sont arrivés il y a dix ans.

« Quand je les ai vus pour la première fois, Lucy et Desi avaient la taille d’une miche de pain, affirme-t-elle. C’était une expérience incroyable de nourrir les oursons au biberon et de les voir prendre des forces et devenir des ours adolescents. Ils étaient curieux, espiègles et adorables ».

Quand ils sont devenus des bambins, les ours sont devenus incroyablement désordonnés.

« On mélangeait de la nourriture pour bébé, de la nourriture pour chiots, du fromage cottage et d’autres aliments pour en faire une pâtée, explique Tiffany. Au cours de ces premiers mois, l’heure du repas était comme regarder des bambins humains manger du spaghetti avec leurs mains ! »

Les nouveaux résidents du zoo ont reçu beaucoup d’attention, et de nombreuses familles sont venues les visiter dans un enclos intérieur pour les observer de plus près.

Lucy et Desi se sont bien adaptés à l’environnement du zoo et ont été transférés dans un enclos extérieur pour ours l’année suivante. C’est là qu’ils ont rencontré Gary, un ours de 18 ans, qui était heureux d’accueillir les jeunes ours.

« Il était un grand ami et enseignant pour les oursons, et leur énergie lui a donné un nouveau souffle, déclare Tiffany. Malheureusement, Gary est décédé l’été dernier. Maintenant, Lucy est l’ourse dominante ; elle fait clairement savoir qu’elle est en charge. Desi est plus espiègle et curieux ».

Au cas où vous vous poseriez la question, Lucy et Desi n’hibernent pas comme les ours dans la nature. Ils ont un régime alimentaire différent selon la période de l’année et sont plus silencieux et plus grassouillets pendant les mois d’hiver. Cela signifie qu’ils sont souvent visibles lors des visites du zoo en hiver.

La prochaine fois que vous faites une visite au Zoo de Magnetic Hill, n’oubliez pas de dire « bonjour » à Lucy et Desi de notre part !

De gauche à droite ; Lucy, Gary et Desi.

Placements d’étudiants : tout le monde y gagne!

novembre 17 2021, 11:25

Co-op Placements a Win-Win

Pour Massan Dopegno, son stage chez Énergie NB est l’occasion de mettre en pratique ce qu’elle apprend à l’Université de Moncton (U de M).  

L’étudiante en troisième année d’informatique a commencé son premier stage de huit mois au sein de notre équipe de technologie numérique le 3 mai 2021.  

Massan est originaire du Togo, un pays de l’Afrique de l’Ouest. Elle a commencé ses études postsecondaires au Togo et a réalisé qu’elle voulait étudier à l’étranger. Après avoir examiné les options qui s’offraient à elle en tant qu’étudiante internationale, elle a choisi l’U de M et s’est rendue au Canada pour la première fois, arrivant au cœur de l’hiver 2019. 

« Mon arrivée dans un nouvel endroit où je ne connaissais personne a été un grand ajustement. Et en plus, il faisait -15oC, quelque chose que je n’avais jamais vécu auparavant, dit Massan. Mais le Nouveau-Brunswick est génial - j’aime vraiment cet endroit. J’ai trouvé les gens d’ici très enthousiastes et ouverts d’esprit pour apprendre à connaître ma culture et partager la leur. Dès le premier jour, je me suis sentie accueillie par les Néo-Brunswickois, ma communauté de l’U de M et Énergie NB. » 

Pour être admissible au programme travail-études chez Énergie NB, les étudiants doivent être inscrits à un programme travail-études dans un établissement postsecondaire. Cela signifie que la formation alterne entre des études académiques et des périodes d’expérience professionnelle rémunérée afin d’améliorer l’apprentissage global.  

Massan reçoit des directives de Gino Arseneau, spécialiste principal en TI, qui travaille chez Énergie NB depuis 30 ans. L’équipe de Gino est responsable du développement et du soutien d’applications telles que les formulaires électroniques, les feuilles de temps et les applications normalisées comme PeopleSoft et SAP. 
 
Selon Gino, le partenariat avec les établissements postsecondaires est mutuellement avantageux. Il dirige actuellement quatre employés du programme de travail-études de l’U de M et de l’UNB : Massan, Cody Dunnett, Nick Trask et Nicole Duplessis. Ils sont principalement axés sur le développement d’applications personnalisées à l’aide de Microsoft Visual Studio. 
 
« J’adore travailler avec les étudiants - ils sont pleins d’énergie et ont soif d’apprendre, déclare Gino. Chaque jour, ils contribuent à l’élaboration de nouvelles idées. Ils sont très impliqués parce que nous leur donnons l’occasion d’acquérir une expérience pratique en lien avec leur apprentissage théorique à l’école. Un stage positif avec le programme travail-études améliore l’éducation globale de l’étudiant en lui permettant d’acquérir une expérience du fonctionnement des entreprises et de l’aspect social d’un véritable lieu de travail. » 
 
Pour l’équipe de Gino, il s’agit d’un mélange de tâches simples et complexes, afin de trouver le juste milieu entre l’engagement des étudiants et le fait qu’ils ne soient pas surchargés. Pour beaucoup, c’est la première fois qu’ils ont l’occasion de travailler dans des environnements de développement (création et test) et de production (en direct, en service). 

« J’aime vraiment quand un collègue vient nous voir avec un problème et que nous pouvons le résoudre, a déclaré Massan. Gino donne la direction, mais ne nous donne pas la solution, et il est là si nous avons besoin de l’aide. Mais nous avons vraiment la possibilité de nous débrouiller seuls. C’est une expérience extraordinaire d’être traité comme un pair et de voir que mes opinions et mon expertise respectées. » 
 
Les placements du programme travail-études les plus courants chez Énergie NB sont dans les domaines de la technologie des systèmes d’énergie, l’administration des affaires, la technologie numérique et l’ingénierie.  
 
Carole Volpe, gestionnaire principale, Carrières et ressourcement, affirme que les placements du programme travail-études dans les universités et les collèges permettent à Énergie NB d’établir des liens avec de futurs employés tout en répondant aux besoins de l’entreprise. 
 
« L’objectif ultime est de capter l’intérêt de ces étudiants pour qu’ils veuillent travailler chez Énergie NB après avoir obtenu leur diplôme, a déclaré Carole. Nous le constatons constamment : les candidats à l’emploi qui ont participé à des programmes coopératifs sont d’un calibre supérieur. Il vous faudra peut-être plus de temps pour terminer votre programme, mais l’expérience pratique est inestimable. » 

Massan est très heureuse de faire partie d’un programme travail-études. Elle peut déjà voir qu’elle aura un avantage lorsqu’elle cherchera un emploi après l’obtention de son diplôme. 

« Même en quelques mois seulement, ma confiance en mes capacités a augmenté, a déclaré Massan. En plus, le fait de déménager à Fredericton et de commencer ce rôle m’aide à améliorer mon anglais et à établir de nouveaux réseaux. Je suis très reconnaissante de cette possibilité et je sais qu’elle me prépare à réussir le reste de mon programme lorsque je retournerai à l’école cet hiver. » 

Journée nationale des travailleurs de métiers

septembre 17 2021, 13:21

National Tradesperson Day

Le troisième vendredi de septembre est reconnu comme la Journée nationale des travailleurs de métiers. Cette journée vise à souligner l’importante contribution des travailleurs de métiers spécialisés dans tout le pays.

Tous nos travailleurs de métiers spécialisés — charpentiers, mécaniciens de chantier, électriciens et soudeurs — jouent un rôle important dans la prestation d’énergie sûre et fiable aux Néo-Brunswickois.

Voici Chad Crawford, un préposé à l’entretien mécanique d’Énergie NB.

Né et élevé dans la région de Moncton, Chad dit qu’il était un enfant très actif, toujours en train de démonter des objets et d’essayer de les reconstruire.

L’enseignant d’atelier à l’école secondaire a reconnu la passion et les compétences de Chad et lui a recommandé de poursuivre ses études en mécanique industrielle au New Brunswick Community College (NBCC) et c’est exactement ce qu’il a fait : il a achevé son parcours d’apprentissage et de test pour obtenir le Sceau rouge.

Chad voulait demeurer dans sa province d’origine, donc il a été ravi d’accepter un poste à temps plein à la centrale de Coleson Cove en 2015.

En tant que chef d’équipe pour le système de turbine de la tranche no 2, Chad est responsable des réparations et de l’entretien de l’une des trois tranches de 350 mégawatts situées juste à l’extérieur de Saint John.

« L’équipe de Coleson Cove est fantastique, déclare Chad. J’aime bien que chaque jour apporte un nouveau défi ; et je ne manque jamais une occasion d’apprendre davantage. Mes premières années étaient beaucoup consacrées à étudier les systèmes de la centrale et maintenant, je suis en mesure de perfectionner mes compétences. »

En tant que père de deux jeunes enfants, Chad apprécie la culture forte d’Énergie NB en matière de sécurité au travail.

« La sécurité sur les chantiers d’Énergie NB ne ressemble à rien de ce que j’ai vu auparavant, dit-il. Nous avons les outils, les ressources et les connaissances nécessaires pour assurer la sécurité de tous — c’est à chacun d’entre nous d’assurer sa propre sécurité et de veiller à celle des autres. Je suis rassuré de savoir que si je rencontre un problème de sécurité, celui-ci sera corrigé avant qu’il ne mette quelqu’un d’autre en danger. Cela me permet d’avoir l’esprit tranquille et de rentrer chez moi chaque jour pour retrouver ma femme et mes enfants. »

Chad est fier de faire partie de l’équipe des métiers spécialisés d’Énergie NB et recommande à plus de jeunes d’explorer une carrière dans ce domaine.

« J’ai toujours dit que si on apprend un métier, il nous reste toute la vie, a-t-il déclaré. Il y a un énorme potentiel de gain et de nombreuses possibilités de faire un travail utile et stimulant ici au Nouveau-Brunswick. Le besoin de travailleurs de métiers qualifiés ne cesse de croître. J’encourage fortement les étudiants à se renseigner davantage sur les excellents programmes offerts au CCNB. Vous pourriez bien obtenir l’emploi de vos rêves. »

RSS

Commentaires récents

Messages récents

Archives

Catégories