Skip to main content
Cherchez Le menu
Blogue

Des ours sont en plein épanouissement dix ans après avoir été sauvés par des employés d’Énergie NB

novembre 24 2021, 11:06

Bears thriving a decade after rescue by NB Power employees

Lucy et Desi mènent une vie plutôt aisée au Zoo de Magnetic Hill à Moncton. Le frère et la sœur ont un grand enclos et une source régulière de nourriture qui leur est servie quotidiennement. Tout comme les autres animaux au zoo, ils reçoivent beaucoup d’attention de la part d’une équipe de professionnels dévoués.

Ils sont vraiment chanceux.

Il y a dix ans, un incident de chasse terrible a entraîné la mort de leur mère, ainsi que de leur frère et sœur. Les petits oursons étaient coincés au sommet d’une structure de lignes électriques à Allardville, terrifiés et en quête d’un refuge.

Le 10 avril 2011, Énergie NB a reçu un appel du ministère des Ressources naturelles demandant de l’aide pour sauver les oursons. Les monteurs de ligne James Doucet et Bruce White (maintenant à la retraite) ont passé à l’action.

James travaille toujours dans la région de Bathurst en tant que monteur de lignes sous tension principal, et se souvient de cette journée comme si c’était hier.

« Bruce et moi étions sur appel cette fin de semaine, déclare-t-il. Nous ne nous attendions certainement pas à faire partie d’une mission de sauvetage ! Nous nous sommes rendus sur place et avons réalisé que nous avions besoin d’un plus gros camion. Nous sommes revenus avec un camion à double nacelle et sommes montés pour aider les ours. Le petit ourson qui se cramponnait au poteau était facile à sauver alors qu’elle s’est laissé attendrir dans les bras de Bruce. L’autre ourson était un peu plus agressif et plus difficile à ramener au sol ! »

Le ministère des Ressources naturelles a transporté les oursons au Zoo de Magnetic Hill afin qu’une équipe de professionnels des soins aux animaux puisse s’occuper d’eux.

Tiffany Bateman est surveillante des soins aux animaux au zoo. Elle faisait partie de l’équipe qui a aidé les oursons lorsqu’ils sont arrivés il y a dix ans.

« Quand je les ai vus pour la première fois, Lucy et Desi avaient la taille d’une miche de pain, affirme-t-elle. C’était une expérience incroyable de nourrir les oursons au biberon et de les voir prendre des forces et devenir des ours adolescents. Ils étaient curieux, espiègles et adorables ».

Quand ils sont devenus des bambins, les ours sont devenus incroyablement désordonnés.

« On mélangeait de la nourriture pour bébé, de la nourriture pour chiots, du fromage cottage et d’autres aliments pour en faire une pâtée, explique Tiffany. Au cours de ces premiers mois, l’heure du repas était comme regarder des bambins humains manger du spaghetti avec leurs mains ! »

Les nouveaux résidents du zoo ont reçu beaucoup d’attention, et de nombreuses familles sont venues les visiter dans un enclos intérieur pour les observer de plus près.

Lucy et Desi se sont bien adaptés à l’environnement du zoo et ont été transférés dans un enclos extérieur pour ours l’année suivante. C’est là qu’ils ont rencontré Gary, un ours de 18 ans, qui était heureux d’accueillir les jeunes ours.

« Il était un grand ami et enseignant pour les oursons, et leur énergie lui a donné un nouveau souffle, déclare Tiffany. Malheureusement, Gary est décédé l’été dernier. Maintenant, Lucy est l’ourse dominante ; elle fait clairement savoir qu’elle est en charge. Desi est plus espiègle et curieux ».

Au cas où vous vous poseriez la question, Lucy et Desi n’hibernent pas comme les ours dans la nature. Ils ont un régime alimentaire différent selon la période de l’année et sont plus silencieux et plus grassouillets pendant les mois d’hiver. Cela signifie qu’ils sont souvent visibles lors des visites du zoo en hiver.

La prochaine fois que vous faites une visite au Zoo de Magnetic Hill, n’oubliez pas de dire « bonjour » à Lucy et Desi de notre part !

De gauche à droite ; Lucy, Gary et Desi.

Journée nationale de reconnaissance des monteurs de lignes

juillet 9 2021, 10:00

National Lineworker Appreciation Day

Saviez-vous que le 10 juillet est la Journée nationale de reconnaissance des monteurs de lignes ? En 2019, les services publics et les organisations de tout le Canada se sont unis pour célébrer la toute première Journée de reconnaissance des monteurs de lignes.

Chez nous, les monteurs de lignes sont des héros. Ces hommes et ces femmes dévoués font partie des communautés de tous les coins du Nouveau-Brunswick. Ils travaillent d'arrache-pied pour garder les clients connectés, et doivent souvent affronter des conditions difficiles et des risques pour la sécurité. Tout au long de la pandémie de COVID-19, ils ont continué à fournir un service sûr et fiable à nos clients. 

À l'occasion de la Journée nationale de reconnaissance des monteurs de lignes, nous vous présentons Tyler Messer, un apprenti monteur de lignes de la région de St Stephen.

Tyler a grandi en tant que fier « garçon de la campagne » dans le village de McAdam. En tant qu'étudiant au secondaire, il n'était pas sûr du type de carrière qu'il souhaitait poursuivre. Tout a changé en 2014, lorsque la tempête post-tropicale Arthur s'est abattue sur les Maritimes et a provoqué des pannes de courant chez environ 150 000 clients au Nouveau-Brunswick - y compris dans sa communauté.

« J'ai toujours su que je voulais un travail pratique me permettant de travailler à l'extérieur, a déclaré Tyler. J'ai vu des monteurs de lignes dans mon village qui nettoyaient les dégâts causés par la tempête et reconstruisaient les lignes électriques, et je me suis dit que j'aimerais bien faire ce boulot. »

Pendant son dernier semestre de l'école secondaire, Tyler a fait un stage travail-études avec Énergie NB au bureau de district de St. Stephen. Il a passé un jour par semaine sur le chantier avec une équipe, pour se rendre compte par lui-même de la nature du travail. Il n'a pas fallu longtemps pour qu'il décide qu'il voulait lui aussi être monteur de lignes.

Après avoir obtenu son diplôme de l'école secondaire McAdam, il s'est inscrit au programme de technicien de lignes sous-tension du Collège communautaire du Nouveau-Brunswick (CCNB). Cet apprentissage comprend une formation en classe et sur le chantier avant l'obtention du diplôme, ainsi qu'une approche par étapes menant à la désignation Sceau rouge.

Tyler a été embauché par Énergie NB comme apprenti en 2020, à peu de temps du début de la pandémie. Une fois qu'il a pu le faire en toute sécurité, il a fait son orientation et a commencé à travailler avec l'équipe de St Stephen. L'année dernière, Tyler a travaillé aux côtés de monteurs de lignes expérimentés et chevronnés. Tout au long de sa formation et de son expérience professionnelle, la sécurité a toujours été au centre de ses priorités.

« Le travail lui-même est complexe et très physique, a déclaré Tyler. Il faut travailler en équipe, résoudre des problèmes et sortir des sentiers battus. Mais la sécurité est le facteur le plus important. Rien ne compte plus que de veiller à la sécurité de tous - nos clients, nos collègues et soi-même. »

Tyler dit que la diversité de son travail fait de chaque jour une aventure. Il est particulièrement valorisant de participer à la gestion des pannes de courant à grande échelle et aux interventions en cas de tempête.

« Ce n'est pas un travail de 9 à 5. Vous devez être capable de mettre votre vie en pause pour aider les autres, a-t-il déclaré. Conduire sur des petits chemins à 2 h du matin dans des conditions hivernales, aux aguets pour des orignaux ou des ours, est une toute autre expérience. Nous ne savons jamais à quoi nous allons être confrontés, mais c'est ce qui rend le travail si enrichissant. La fierté que nous ressentons lorsque nous rétablissons le courant chez un client, c'est une véritable émotion ! »

Tyler s'efforce actuellement d'obtenir suffisamment d'heures pour son troisième bloc, qui comprendra davantage de formation en classe et de tests, et sera suivi de sa demande de certificat du Sceau rouge. Il attribue le succès de sa première année à Énergie NB à ses mentors et à ses collègues.

« Les gens avec qui j'ai la chance de travailler sont extraordinaires, a déclaré Tyler. Ils ont été si accueillants et serviables et sont toujours prêts à répondre à mes questions et à me conseiller. Ils me confèrent les habitudes et les valeurs qui me permettront d'avoir une carrière longue et sûre. Comme il s'agit d'un groupe très solidaire, ils me soutiennent également en dehors du travail, en me donnant des conseils sur des sujets tels que l'achat de ma première maison. C'est un bon sentiment de savoir qu'ils me soutiennent et qu'ils m'encouragent à réussir. »

La gentillesse et l'appréciation que les clients témoignent à Tyler et à son équipe l'incitent à donner le meilleur de lui-même.

« J'adore discuter avec les gens lorsque nous travaillons chez eux ou dans leur entreprise. C'est en comprenant l'effet que notre travail peut avoir sur leur vie que je continue à travailler. La cerise sur le gâteau, c'est de voir ma petite nièce sauter de joie et de fierté en voyant 'mon oncle Tyler' dans le grand camion, a-t-il déclaré. Il n'y a pas de meilleur sentiment que de conduire dans ma ville natale, en sachant que je suis là pour aider mes amis et mes voisins. »

Sauver des vies, un don à la fois

janvier 21 2021, 09:56

Saving Lives, One Donation at a Time

En raison d'un besoin de dons de sang ici au Nouveau-Brunswick et dans tout le pays, nous avons voulu mettre en lumière sur les employés qui font le don de la vie par l'intermédiaire de la Société canadienne du sang.

Le principal obstacle pour la plupart des nouveaux donneurs de sang est de surmonter leur peur des aiguilles. Lorsque Erik Matchett, employé de longue date d'Énergie NB, a commencé à donner du sang en 2014, il était un peu nerveux lui aussi.

« Ma femme ne pouvait pas croire que j'allais donner du sang », dit Erik en repensant à son premier don. « Ma famille me considère comme une sorte de poule mouillée quand il s'agit de douleur et de sang. Mais donner du sang n'était pas un problème ! »

Erik Matchett, un employé de changements organisationnels dans la région de Fredericton.

Le premier don s'est bien passé et Erik n'a jamais regardé en arrière. Il prévoit des dons réguliers et s'efforce d'amener un ami ou un collègue à chaque rendez-vous.

« Je pense qu'il est vraiment important de donner en retour », dit Erik. « Donner son sang n'est certainement pas pour tout le monde, mais ça marche pour moi. C'est vraiment significatif de savoir que mon sang pourrait aider à sauver la vie d'un compatriote du Nouveau-Brunswick. Un don en moyenne peut sauver trois vies ».

En tant que responsable de notre équipe d'apprentissage et de changement, Erik soutient ses collègues dans les mises à jour qui ont un impact sur les personnes, les processus et les équipements. Alors qu'Énergie NB travaille à la modernisation du réseau électrique, l'équipe d'Erik est plus occupée que jamais, aidant les employés à s'habituer aux nouvelles technologies et aux nouvelles façons de faire des affaires.

De même, Erik affirme que la Société canadienne du sang se modernise pour se tenir à jour.

« Ils ont développé cette formidable application mobile qui vous permet de suivre vos rendez-vous et les besoins urgents de dons », explique Erik. « Encore plus intéressant, l'application suit votre temps de saignement - le temps qu'il faut pour obtenir votre don - et vous assistez ainsi à des petites compétitions amicales entre les donateurs réguliers ».

Se sentant inspirée après avoir discuté avec Erik au sujet de son expérience, Jackie Leger, employée de l’équipe de Marketing et communications, a visité sang.ca pour vérifier l'admissibilité et s'inscrire à une prochaine clinique. Mais lorsqu'elle a entendu une annonce à la radio pendant la période des Fêtes pour solliciter des donneurs, elle a avancé son rendez-vous au 23 décembre.

« J'étais assez inquiète de m'évanouir », a déclaré Jackie. « Mais dès mon arrivée, le personnel m'a mis à l'aise et m'a expliqué les étapes nécessaires. Même avec des veines non coopératives dans mon bras droit, une infirmière talentueuse a pu obtenir la totalité du don de 450 ml de mon bras gauche. C'était assez incroyable de voir ce sac se remplir ».

Jackie Leger, employée de l’équipe de Marketing et communications dans la région de Saint John.

Du début à la fin, le premier don de Jackie a pris environ une heure, y compris les évaluations, le don lui-même et le suivi avant de rentrer chez elle. Elle dit avoir été surprise par le peu de douleur que lui a causé le processus de don.

 « Le petit test d'hémoglobine fait bien plus mal que la grosse aiguille », dit-elle. « Je me suis sentie un peu moins énergique que d'habitude dans les heures qui ont suivi mon don, mais plus que tout, je me suis sentie fière et heureuse de savoir que mon sang aidera ceux qui en ont besoin. C'est un moyen si rapide et si facile d'aider les autres - je ne sais pas pourquoi j'ai attendu si longtemps pour le faire ! ».

Erik et Jackie ont déjà programmé leurs prochains dons et invitent d'autres collègues à les rejoindre. Bien que COVID-19 ait eu un impact sur les niveaux de dons, ils se sont tous deux sentis très en sécurité grâce aux mesures de dépistage et aux protocoles de sécurité renforcés pour assurer la sécurité des donneurs, du personnel et des bénévoles.

Si vous souhaitez donner du sang, visitez sang.ca dès aujourd'hui pour trouver un établissement près de chez vous !

 

 

Paul Thompson, expert nucléaire local, reçoit un prix pour sa contribution à l’industrie

juillet 21 2020, 10:03

Local nuclear expert Paul Thompson Receives Award for Industry Contributions

Qu’il s’agisse d’une présentation d’un dossier de sûreté à l’organisme de réglementation nucléaire ou d’une présentation aux enfants sur la façon dont l’énergie nucléaire est produite, Paul Thompson est à son affaire. La combinaison de ses vastes connaissances techniques, sa personnalité enjouée et son grand sens de l’humour font de lui l’un des experts les plus fiables de notre région en matière d’énergie nucléaire.

Au cours de sa carrière de plus de 40 ans, dont la majorité fut passée à la centrale nucléaire de Point Lepreau, Paul a apporté d’importantes contributions sur le plan technique et non technique à l’industrie nucléaire. Paul est un homme respecté par ses pairs pour sa passion pour la sécurité nucléaire et la gestion d’actifs nucléaires et il continue à être un élément précieux de l’équipe d’Énergie NB.

Depuis récemment, il est le lauréat du prix Harold A. Smith pour contribution exceptionnelle de la Société nucléaire canadienne (SNC) et de l’Association nucléaire canadienne (ANC) pour ses nombreuses contributions à l’industrie nucléaire canadienne. Le prix met de l’avant son travail dans le domaine de la sécurité nucléaire, de la prolongation de la durée de vie des centrales et du développement des petits réacteurs modulaires (PRM) avancés ici au Nouveau-Brunswick.

« C’est un véritable honneur d’être reconnu par mes pairs et c’est une leçon d’humilité pour moi de voir les lauréats actuels et passés, a déclaré Paul. Tout au long de ma carrière, j’ai eu la grande chance de travailler dans une industrie formidable au sein d’une entreprise aussi formidable. J’ai pu travailler sur des projets passionnants et intéressants aux côtés de nombreux experts en énergie. Comme on dit, ce n’est vraiment pas du travail si on aime son travail ! »

Paul a commencé son parcours dans le domaine nucléaire en obtenant son diplôme en mathématiques et ingénierie à l’Université Queen’s avec une spécialisation dans les domaines de la science thermique et du génie nucléaire.

Paul a dirigé avec succès de nombreuses équipes chez Énergie NB, notamment dans le domaine de la sécurité nucléaire, des affaires réglementaires, du plan d’intervention en cas d’urgence, de la sécurité, d’incendies et de programme d’amélioration du rendement. Un véritable esprit d’équipe, il a toujours trouvé le temps de soutenir d’autres projets et groupes de travail, tant au sein de l’entreprise que dans l’industrie.

Paul a également été un point de contact régulier avec la Commission canadienne de sûreté nucléaire lors de séances et de réunions. Il a été membre du conseil d’administration du Groupe des propriétaires de CANDU et du Centre de recherche sur l’énergie nucléaire, le laboratoire de recherches de l’Université du Nouveau-Brunswick. Il demeure un membre actif et un contributeur à la SNC en étant auteur et coauteur de plusieurs documents pour venir en aide à ses pairs. De plus, il a occupé le poste de président de la SNC à deux reprises et a participé à l’organisation de nombreuses conférences.

« Tout au long de mes années à Lepreau, l’un de mes principaux objectifs a toujours été de veiller à ce que nos valeurs de sécurité, de qualité, de diversité et d’innovation trouvent écho dans toutes les facettes du domaine nucléaire au Nouveau-Brunswick, explique Paul. En effet, je crois que l’équipe nucléaire dévouée de Point Lepreau fait preuve de ceci chaque jour. La collaboration, le travail d’équipe et l’expertise de mes pairs jouent un rôle important au succès quotidien de l’exploitation de la centrale ».

Plus récemment, avant de prendre sa retraite en 2019, Paul était l’agent nucléaire en chef adjoint. Paul n’a cessé d’être un élément essentiel de l’équipe en tant que conseiller stratégique principal chargé d’évaluer le développement des PRM avancés.

« Je crois que l’énergie nucléaire a un rôle essentiel à jouer dans notre vision d’une énergie durable pour les générations futures, souligne Paul. Le Nouveau-Brunswick est bien placé pour profiter de nouvelles possibilités grâce au savoir-faire de notre population et à l’atout considérable que nous avons à Point Lepreau ».

Les lauréats du Prix canadien pour contributions nucléaires exceptionnelles ont été nommés par leurs collègues, les membres de leur communauté et leurs pairs du secteur nucléaire pour leur leadership, leur dévouement et leur passion pour l’énergie nucléaire.

De plus amples informations sur les lauréats de cette année sont disponibles dans un communiqué de presse conjoint publié en juin.

Toute l’équipe d’Énergie NB tient à féliciter Paul pour ce prix bien mérité et pour sa remarquable carrière dans l’industrie nucléaire ici au Nouveau-Brunswick.

Kathleen Duguay reçoit un prix national en reconnaissance de sa contribution à l’éducation et à la communication dans le domaine nucléaire

juillet 7 2020, 11:44

Kathleen Duguay Receives National Award Recognizing her Contributions to Nuclear Education and Communication

Demandez à n’importe qui dans la communauté autour de la centrale nucléaire de Point Lepreau qui est la personne-ressource sur des questions au sujet de la centrale et 99 % vont vous diriger vers Kathleen Duguay.

À titre de chef des Affaires communautaires et du Protocole règlementaire nucléaire d’Énergie NB, elle est souvent le « visage » de la centrale et a favorisé de nombreuses relations importantes avec les résidents, les communautés des Premières nations et les parties prenantes des régions environnantes.

Kathleen a récemment reçu un prix national en éducation et communication de la Société nucléaire canadienne (CSN) et de l’Association nucléaire canadienne (ANC) en reconnaissance de sa carrière exceptionnelle.

Au cours de ses 32 années à Énergie NB, Kathleen a démontré un engagement soutenu et sans équivoque à l’éducation et la communication externe au sujet de l’énergie nucléaire et de l’exploitation de la centrale nucléaire de Point Lepreau. Son travail a permis de créer et d’entretenir « l’acceptabilité sociale » de la centrale. Grâce à sa capacité naturelle d’écouter activement et de créer des liens avec les gens, Kathleen a su donner un visage amical à la communauté nucléaire au Nouveau-Brunswick.

 

Son incroyable capacité à créer des relations avec une diversité de groupes et de personnes lui a permis de gagner la confiance et le respect, au fils des ans, de divers intervenants et titulaires de droit aux niveaux local, provincial, national et international, y compris les Premières nations, les groupes d’intérêts spéciaux, les communautés locales, le grand public, les travailleurs, les entrepreneurs, le gouvernement, les organismes de règlementation et les médias.

Kathleen est une chef de file dans l’industrie en matière de relations communautaires ayant cultivé des racines profondes partout au Nouveau-Brunswick. En étant transparente, fiable et accessible, elle a établi des relations durables avec tout le monde, du pêcheur de homards qui travaille dans les eaux près de Point Lepreau aux membres des communautés des Premières nations de tous les coins de la province.

La création d’un comité de liaison sur les relations communautaires à Point Lepreau est un excellent exemple de son engagement ferme envers la transparence et l’éducation en matière nucléaire. Au cours des 25 dernières années, le comité a servi comme véhicule d’échange d’information entre les communautés avoisinantes et la centrale. Le fait que Kathleen ait coprésidée ce comité pour plus de deux décennies est un exploit en soi.

« Veiller à ce que nos voisins sachent ce qui se passe à la centrale est l’une des plus importantes fonctions », déclare Kathleen. « Les relations que nous avons créées avec les membres du comité sont fondées sur la confiance, le respect et la transparence. Les membres savent qu’ils peuvent compter sur nous pour des mises à jour honnêtes et en temps opportun sur les choses qui leur tiennent à cœur. Grâce à ce comité et d’autres activités, nous démontrons notre responsabilité personnelle à l’égard de l’engagement communautaire. »

Le travail de Kathleen a joué un rôle important en apportant une perspective extérieure à l’industrie nucléaire, afin d’améliorer la prise de conscience et la compréhension, et en influençant la façon dont les affaires sont menées. Dans le cadre du programme de communication publique de Point Lepreau, elle a conçu plusieurs bulletins d’informations, brochures, documents ciblés à l’âge scolaire, mises à jour et vidéos qui mettent en valeur la centrale tout au long de son cycle de vie, en mettant fortement l’accent sur la sécurité des travailleurs, la communauté et l’environnement.

Pour plusieurs années, Kathleen était gestionnaire des relations avec les médias et porte-parole d’Énergie NB, partageant l’histoire de l’entreprise avec les médias locaux, provinciaux et nationaux. À ce titre, elle a aussi dirigé les efforts de communications et de relations communautaires pendant la mise à jour de la centrale nucléaire de Point Lepreau.

Elle a géré des programmes de relations communautaires pour d’autres initiatives et des projets d’Énergie NB partout dans la province. Kathleen n’est pas étrangère à l’intérieur de la centrale nucléaire puisqu’elle a commencé sa carrière à Point Lepreau, où elle a tenu le poste d’adjointe à la radioprotection et de la gestion du rendement humain. Elle est aussi une membre chevronnée de l’équipe d’intervention d’urgence du commandement des incidents de la centrale.

Néo-Brunswickoise jusqu’à la moelle, Kathleen est aussi une bénévole active dans sa communauté où elle a apporté ses habiletés en communication et son amour pour le Nouveau-Brunswick à toutes sortes d’initiatives importantes au profit de sa communauté.

Les lauréats des Prix canadiens pour contributions nucléaires exceptionnelles sont nommés par leurs collègues, les membres de leur communauté et des pairs dans le domaine nucléaire pour leadership, leur dévouement et leur passion pour l’énergie nucléaire. De plus amples renseignements sur les lauréats de cette année sont disponibles dans un communiqué conjoint publié en juin.

Tous les employés d’Énergie NB tiennent à féliciter Kathleen pour son prix bien mérité et pour sa carrière exceptionnelle au service des clients et de l’industrie.

RSS

Commentaires récents

Messages récents

Archives

Catégories