Skip to main content
Cherchez Le menu

 

Engagement aux Néo-Brunswickois

Nous nous engageons à servir nos communautés. À mesure que la situation de COVID-19 évolue, Énergie NB continuera d'élargir et d'adapter ses services en conséquence, tout en respectant les protocoles de sécurité et de l’éloignement physique.  

Découvrez comment nous soutenons nos clients, et voyez quels services demeurent suspendus.

 

 

 

En tant que Néo-Brunswickois, il est très important pour nous que nous contribuions à la réduction de la propagation du COVID-19.

À mesure que la situation de COVID-19 évolue au Nouveau-Brunswick, nous continuerons d’élargir et d’adapter nos services en conséquence. Nos programmes d’efficacité énergétique commerciale et industrielle, ainsi que notre programme éconergétique pour les nouvelles maisons sont ouverts aux nouvelles inscriptions. Le reste de nos programmes reste suspendu jusqu’à nouvel ordre en raison de la nature à domicile de ce travail.

 

Blogue

Une première communauté à consommation énergétique nette zéro sera bientôt disponible à Riverview.

juin 26 2017, 08:42

First-of-its kind net-zero ready community getting ready for buyers in Riverview

Dobson Landing est la première communauté de son genre au Canada atlantique qui combine la technologie intelligente et l’efficacité énergétique dans des maisons contemporaines à Riverview (Nouveau-Brunswick).

La communauté disposera de 260 unités composées de maisons unifamiliales, de condominiums, de trois immeubles résidentiels à logements multiples et d’espaces commerciaux. Ces installations utiliseront environ 50 % moins d’énergie que les maisons construites au code du bâtiment. Chaque installation est prête à recevoir des accessoires intelligents que les propriétaires pourront contrôler avec leurs tablettes et téléphones intelligents.

Dobson Landing offre à Énergie NB une belle occasion d’effectuer des recherches technologiques qui n’existe pas ailleurs au Nouveau-Brunswick. 



Projet pilote d’Énergie NB

Nous collaborons avec Dobson Landing pour encourager les gens qui veulent acheter une maison à participer à un projet pilote de cinq ans leur permettant de stocker l’énergie.

Les maisons de cette communauté seront prêtes pour l’installation de panneaux solaires. Grâce à ce partenariat, les propriétaires pourront louer de l’équipement et des panneaux solaires d’Énergie NB à moindre coût. Énergie NB installera également sans frais un accumulateur électrique. La valeur de l’accumulateur électrique est de 12 000 $.

Nous allons tester la capacité de l’accumulateur électrique lorsqu’il sera raccordé aux panneaux solaires. Nous voulons examiner la façon dont les accumulateurs électriques fonctionnent avec des panneaux solaires. Ensuite, nous allons utiliser cette information pour développer des solutions innovantes de stockage d’énergie pour les Néo-Brunswickois.

Ce projet pilote nous permettra également de déterminer les mises à niveau nécessaires pour produire de l’électricité dans les communautés du Nouveau-Brunswick et de créer un avenir énergétique propre. 

Voulez-vous participer au projet pilote ? Vous pouvez communiquer avec le promoteur du projet Dobson Landing pour en apprendre davantage et pour remplir un formulaire d’inscription.

Les oiseaux sont de retour

juin 14 2017, 13:33

The birds are back in town

Les monteurs de lignes sous tension d’Énergie NB et d’autres équipes font face à plusieurs obstacles naturels en effectuant leurs tâches quotidiennes. Les arbres, les arbustes et même les écureuils peuvent interférer avec les lignes électriques et d'autres structures électriques. La principale menace pour l’équipement sous tension est les oiseaux, en particulier les balbuzards pêcheurs et les grands oiseaux de proie.

Afin de livrer de l’électricité sûre et fiable à ses clients tout en assurant la sécurité des balbuzards pêcheurs, Énergie NB à un Plan de protection aviaire (PPA). Le PPA est conçu pour protéger les oiseaux migrateurs en réduisant les interactions entre les oiseaux et l’équipement électrique. Ceci s'effectue en identifiant les zones où la population des balbuzards pêcheurs est plus dense et en adaptant nos structures pour les protéger. Le PPA informe les équipes d'entretien sur la façon d’éviter ces oiseaux et de travailler à proximité de leurs nids.

Les balbuzards pêcheurs sont attirés par les poteaux d'électricité, car ils offrent un bon point d'observation pour la chasse. Ils offrent également une place pour se reposer, s’alimenter, construire un nid, marquer leur territoire et s’abriter des éléments. En général, les oiseaux peuvent interagir avec les poteaux d’électricité sans se blesser, mais il y a toujours le risque que les oiseaux entrent en contact avec l'équipement sous tension, ce qui peut être dangereux pour les oiseaux et notre équipement, car cela peut provoquer des pannes de courant.

Les oisillons sont à plus grand risque, car ils se déplacent maladroitement autour de l'équipement lorsqu’ils apprennent à voler. Des bâtons ou autres matériaux de nidification qui tombent du nid peuvent provoquer un court-circuit.

Nous prenons des mesures pour éviter de blesser ces oiseaux et les pannes liées à leurs activités. Cela comprend l'élaboration d'un programme de formation spécial pour les employés qui sont directement impliqués dans la conception, la construction, l'exploitation et l’entretien de l’équipement et des installations électriques.

Nous avons également des plans pour éviter la construction de lignes de transport dans les régions suivantes, dans la mesure du possible:

  • terres humides;
  • régions où la population d’oiseaux est dense (zone vulnérable, réserves écologiques, etc.);
  • voies de migration (par exemple, entre une zone humide et un champ agricole adjacent);
  • habitat des espèces en péril; et
  • zones où le brouillard est épais

Les endroits où les balbuzards pêcheurs entrent en contact avec les lignes de transport se trouvent généralement dans les voies de migration des canards, des oies et d’autres oiseaux aquatiques.  Dans 90% des cas, les oiseaux entrent en contact avec un câble aérien et non avec un conducteur sous tension plus visible. Les oiseaux vont souvent voler plus haut pour éviter le conducteur, mais ne réussissent pas à éviter le câble électrique. Les études ont démontré que l'élimination des fils aériens peut réduire de moitié ces collisions.

Énergie NB a mis en place un plan afin de déplacer les lignes et réduire le risque que les balbuzards pêcheurs et les autres grands oiseaux entrent en contact avec ces lignes. Par exemple, nous construisons de nouvelles lignes de transport à la même hauteur ou plus bas que les arbres et la végétation. Les oiseaux gagnent en altitude pour survoler la limite des arbres et évitent tout contact avec les lignes.

Nous collaborons avec le Département des ressources naturelles pour construire des plates-formes en bois afin d’encourager les  balbuzards pêcheurs à construire leurs nids loin de nos poteaux électriques. Lorsque nous trouvons un nid sur nos structures, nous déterminons  s’il représente une menace immédiate pour le réseau électrique. Si le nid ne constitue pas une menace, nous examinons le nid après que les oisillons aient quitté le nid (fin de l'été), ou avant la saison de nidification suivante (début du printemps). Une fois que les oisillons ont quitté le nid, nous pouvons le transférer sur une plate-forme adjacente.

Mise à jour sur les efforts de rétablissement du courant

mai 19 2017, 17:24

NB Power restoration update

Vers 21 h 30, le 18 mai 2017, un puissant orage électrique avec des vents violents a traversé la Péninsule acadienne.  Environnement Canada a confirmé que les vents ont pu atteindre 190 kilomètres à l'heure. Plusieurs poteaux électriques ont été touchés par les vents violents, en particulier les poteaux et les fils électriques sur la chaussée et le pont entre Shippagan et Lamèque, ainsi que dans les régions de Pokeshaw et d’Anse Bleu.

La nuit dernière, les équipes ont réussi à rétablir le courant à 2 500 clients, d'un sommet d'environ 7 000 clients. Les travaux ont été entravés par la foudre.

Pendant la nuit dernière, de l’équipement de remplacement comme des structures, des poteaux et des lignes électriques ont été transportés de Fredericton vers la région nord.  Aucune des nouvelles infrastructures installées suite à la tempête de verglas n’a été endommagée. Il y a 20 équipes sur le terrain dans les régions touchées.   

Le courant a été rétabli à Lamèque et le pont est ouvert à la circulation. Le courant devrait être rétabli d’ici 15 h samedi pour les autres clients. 

Nous rappelons aux clients de rester à l'écart de l'équipement et des lignes tombées, et d'être conscients de la sécurité des équipes qui sont sur le long des routes pour rétablir le courant.

 

Des catalyseurs prédisent une énergie propre pour 2020

mai 12 2017, 12:13

Catalysts seeing cleaner energy in 20/20

Dans le cadre du deuxième programme de catalyseur 2020, 20 participants des communautés autochtones du Canada sont à Richibucto (N.-B.) cette semaine pour apprendre des façons de développer des projets de l’énergie propre dans leurs communautés.

Le programme est conçu pour rassembler les catalyseurs, ou les chefs, des Premières Nations, des Métis, et des Inuits dans le but d’apprendre de chefs autochtones qui ont déjà réalisé un projet de l’énergie propre, et d’experts dans le domaine de l’énergie. Ainsi, les catalyseurs pourront acquérir les compétences, les outils et les connaissances nécessaires pour développer, financer, et exécuter des projets de l’énergie propre dans leurs communautés.

« C’est un programme qui vise à accroître les possibilités d’énergie propre. Il aide les communautés à faire avancer leurs projets d’énergie propre, ce qui constitue un soutien social et économique », a dit Eryn Stewart, responsable du programme de catalyseur 2020. Des mentors et des guides, ainsi que des employés qualifiés d’Énergie NB, seront là pour diriger et appuyer les catalyseurs pendant la durée du programme.

« Il y aura des mentors de partout au pays qui ont déjà réalisé de tels projets. Il importe de soutenir les participants dans leurs initiatives. L’avenir du Canada en bénéficiera grandement », ajoute Stewart.

Le mardi 9 mai, les catalyseurs ont eu la chance de visiter la centrale de Mactaquac et le laboratoire de produits et services d’Énergie NB​ pour voir comment l’énergie est utilisée. La deuxième semaine du programme se déroulera à Canmore en Alberta, et la troisième semaine, à Wakefield au Québec.

Le programme est composé de plusieurs éléments : l’engagement communautaire, la planification d’affaires et de projets, et le financement. Les séances traiteront divers sujets, notamment les communautés ingénieuses, l’exploration l’efficacité énergétique, et la simulation de la planification de l’énergie communautaire.

Il y actuellement 165 projets d’énergie propre en cours au Canada qui ont grande participation autochtone. Les catalyseurs font partie d’un groupe qui va répandre les idées entretenues au Nouveau-Brunswick afin de développer d’autres projets d’énergie propre au cours des prochaines années.

Nous sommes très heureux d’accueillir les catalyseurs de 2017 ici au Nouveau-Brunswick et nous leur souhaitons du succès tout au long du programme.

Nouveau programme d'arboriculture de services publics au Canada atlantique

mai 4 2017, 10:42

Get to Know Atlantic Canada’s First Utility Arborist Program

Le Maritime College of Forest Technology (MCFT) a lancé un nouveau programme d'arboriculture de services publics au mois de février à Fredericton. Ce programme est une coentreprise avec MCFT, l'équipe de gestion de la végétation de Distribution d'Énergie NB et Arboriculture Canada Training and Education Ltd.

Les diplômés de ce programme complètent plus de 1 000 heures d’enseignement au cours du programme de deux ans, finissant avec un diplôme en arboriculture de services publics en 2019 avec plus de dix certificats distincts (comme un certificat d'opérateur de tronçonneuse, un certificat d'applicateur d'herbicides et un certificat d'opérateur VTT pour n'en nommer que quelques-uns ).

L'objectif principal de ce programme est de fournir une main-d'œuvre hautement qualifiée et axée sur la sécurité à une industrie qui lutte pour recruter et retenir des travailleurs. Ces personnes doivent suivre plusieurs étapes pendant la phase d'admission pour s'assurer qu'elles soient les mieux adaptées à cette carrière, y compris un outil d'évaluation des candidats en ligne appelé Talent Sorter.

Les « coupeurs d’arbres » de demain seront appelés plus précisément « arboristes de services publics agréés », puisqu'à Énergie NB et MCFT ont demandé la désignation commerciale et la reconnaissance de l’arboriculture de services publics comme profession désignée dans la province du Nouveau-Brunswick. Les coordonnateurs de programme ont travaillé en étroite collaboration avec des homologues de l'Ontario et de la Colombie-Britannique (où l’arboriculture de services publics est déjà une profession désignée) pour concevoir le curriculum et se diriger vers l'objectif de la certification de sceau rouge.

 

Le programme comprend des cours tels que les sciences de l'arboriculture, les pratiques et l'orientation des pratiques de travail sécuritaires d'Énergie NB, la théorie et la sensibilisation de l'électricité, les communications et une gamme complète de cours techniques en arboriculture offerts par Arboriculture Canada Training and Education Ltd, leaders canadiens dans le domaine de l'arboriculture. Ces étudiants seront formés sur des techniques appropriées de gréement des arbres à la fois sur le sol et en altitude.

Ce programme est le premier de son genre dans le Canada atlantique et a été présenté dans Atlantic Forestry Review  (article intitulé Clearing the Lines) et le périodique MacLean.

Après des efforts de recrutement infatigables dans un délai relativement court, 28 étudiants (27 natifs du Nouveau-Brunswick, un natif de l'Ontario) sont inscrits au programme et commenceront l'un des deux stages de travail en juin avec un entrepreneur en végétation d’Énergie NB. Ils travaillent actuellement avec diligence dans la salle de classe pour se préparer à leur premier stage de travail, en apprenant des principes de gestion de la végétation, de la théorie électrique, de l'identification et de la biologie des arbres, des méthodes d'élagage, d'abattage et d'écaillage.

Cela représente un progrès important dans le niveau de formation et de professionnalisme dans l'industrie, avec 28 individus dynamiques et engagés qui sont disposés à investir (financièrement et dans le temps) pour s'inspirer d'un but de travailler et de vivre au Nouveau-Brunswick.

 

RSS